Le Fébus, premier bus à haut niveau de service à hydrogène, sera déployé en 2019 à Pau.
Le Fébus, premier bus à haut niveau de service à hydrogène, sera déployé en 2019 à Pau. — Ville de Pau

TRANSPORTS

Pau: La ville dévoile son Fébus, le premier bus à hydrogène de France

Ce bus à haut niveau de service électrique, alimenté par de l’hydrogène, doit être mis en service d’ici à septembre 2019…

  • Ce sera la première fois en France qu’une ligne complète de bus sera alimentée par de l’hydrogène.
  • Cette nouvelle ligne traversera Pau du nord au sud.
  • Le matériel sera fourni par Van Hool, leader européen des bus à piles à hydrogène.

Ce sera le premier bus à haut de niveau de service fonctionnant avec une pile à hydrogène en France. Mercredi, le maire de Pau François Bayrou a présenté le futur «Fébus» – du nom du célèbre Comte de Foix et Prince de Béarn – qui sera mis en service fin 2019 dans la ville.

>> A lire aussi : Première en France, des bus vont rouler grâce à de l'hydrogène à Pau

La ligne en site propre de 6 km de long traversera la cité du nord (hôpital) au sud jusqu’à la gare. Van Hool – constructeur belge, leader européen des bus à piles à hydrogène – et GNVERT (filiale d’Engie) ont été choisis pour déployer cette innovation.

Le plan de circulation du Fébus, qui roulera en 2019 à Pau
Le plan de circulation du Fébus, qui roulera en 2019 à Pau - Ville de Pau

Hydrogène produit sur place grâce à des panneaux solaires

Un bus à hydrogène est un bus électrique qui produit son électricité à bord, grâce à une pile à hydrogène. L’hydrogène, lui, sera produit sur place, au dépôt de bus de l’avenue Larribau, grâce à un électrolyseur alimenté par des panneaux solaires, et les stations de recharge seront installées par GNVERT.

>> A lire aussi : Expérimentation du premier «bus de mer» fonctionnant à l'hydrogène à La Rochelle

Huit bus de 18 m de long équiperont cette nouvelle ligne. Avec pour ambition qu’ils « n’émettent aucune nuisance : ni pollution sonore, ni pollution par émission de gaz à effet de serre ». Le constructeur promet également pour le voyageur à bord, une expérience « tout confort » : silence, accélérations sans à-coups, aucune vibration de moteur ou de transmission.

Un projet de 72 millions d’euros

Le constructeur européen Van Hool a déjà commercialisé une cinquantaine de véhicules roulant à l’hydrogène (32 en Europe et 21 en Amérique du Nord) et introduit un peu plus de 200 véhicules BHNS dans 13 pays européens et en Martinique.

>> A lire aussi : Coup d'arrêt au projet de bus à haut niveau de service jusqu'à Saint-Aubin

Le coût global du projet s’élève à 72 millions d’euros, dont 53 millions d’euros de travaux de rénovation urbaine. Le montant estimé des subventions européennes et régionales liées au choix de la technologie hydrogène s’élève à 7 millions d’euros.