La justice face à un Fourniret manipulateur

Bastien Bonnefous - ©2008 20 minutes

— 

Michel Fourniret connaît le verdict d'avance : perpétuité. Difficile d'imaginer que le tueur présumé, surnommé « l'ogre des Ardennes », et jugé pour les viols et meurtres de sept jeunes filles entre 1987 et 2003, puisse échapper à une autre peine à l'issue de son procès fin mai. L'homme, décrit par tous les experts comme « manipulateur » et « sadique », devrait alors probablement chercher à jouer avec les nerfs de la cour d'assises.

Déjà hier, un de ses trois avocats a annoncé qu'il comptait s'exprimer à l'ouverture de l'audience ce matin, pour expliquer « le rôle qu'il entend faire jouer à ses avocats, pour donner sa vision du procès et procéder à une sorte de critique de l'instance judiciaire ». Un cours magistral de droit par cet ajusteur-fraiseur de 66 ans, « toujours aussi content de lui » selon son conseil.

Longtemps, Fourniret a laissé planer le doute sur sa présence. Début février, il avait même exigé du président de la cour que les futurs jurés aient été vierges au moment de leur mariage, condition indispensable selon lui pour comprendre sa quête de la virginité chez ses jeunes victimes. En prison, il s'est amusé à dessiner son procès, indiquant « MF muet », soit Michel Fourniret muet. Face aux familles de victimes, sera-t-il mutique ou prolixe en détails ? S'accusera-t-il d'autres meurtres pour troubler les débats, comme il l'a fait récemment dans les affaires Estelle Mouzin ou Robert Boulin ? Plusieurs familles savent que l'épreuve sera rude. « Ce n'est pas une personnalité qui a du remords, c'est quelqu'un qui se nourrit de la souffrance des autres », a dit Marie-Noëlle Bouzet, la mère d'Elisabeth Brichet, tuée en 1989.

Rare point faible de Fourniret : sa femme et complice présumée, Monique Olivier. « Tout dépendra de ce qu'elle fera et de ses déclarations », a déclaré hier l'avocat de Fourniret. Jusqu'à présent, c'est elle qui l'accuse et tente d'apparaître comme une de ses victimes collatérales. L'enquête a montré qu'elle était capable de lui tenir tête, notamment en l'attaquant sur ses déviances sexuelles. Un domaine où le tout-puissant Fourniret pourrait perdre sa maîtrise froide de la situation.