Quels sont les départements incertains pour la droite et la gauche?

CANTONALES Jeudi, les conseils généraux élisent leur Président. Tout peut encore basculer dans quatre d'entre eux…

Alexandre Sulzer

— 

Le numéro deux du PS François Rebsamen a énoncé les quatre directions dans lesquelles il faut agir : "augmenter les salaires, baisser les prix des produits alimentaires, diminuer le coût du logement, maîtriser le prix de l'énergie.
Le numéro deux du PS François Rebsamen a énoncé les quatre directions dans lesquelles il faut agir : "augmenter les salaires, baisser les prix des produits alimentaires, diminuer le coût du logement, maîtriser le prix de l'énergie. — Jean-Pierre Clatot AFP/Archives

C'est certain, la gauche a réussi à gagner du terrain aux cantonales. Huit nouveaux départements lui semblent d'ores et déjà acquis: le Lot-et-Garonne, la Corrèze, l'Allier, les Deux-Sèvres, l'Indre-et-Loire, l'Ain, le Val-d'Oise et la Somme. Mais ce chiffre pourrait varier à la hausse en fonction du vote jeudi du président du conseil général dans quatre départements différents. 20minutes.fr fait le point.
 

Côte-d'Or: le département de François Rebsamen à gauche?
 
Dans ce département à droite depuis plus de 25 ans, la gauche (PS, PRG, DVG) est à égalité avec la droite (UMP, NC, DVD) avec 21 élus chacun. C'est le nouveau conseiller général MoDem, Marc Frot, élu dans le canton de Baigneux-les-juifs, qui va faire basculer, ou non, la majorité. Mais il n'a pas laissé filtrer jusqu'à maintenant sa préférence. Une présidence de gauche serait l'accomplissement d'une longue progression de l'opposition qui ne disposait que de 18 sièges avant 2004 puis de 20.
 

Hautes-Alpes: un panier de crabes
 
Situation compliquée dans ce conseil général dont le président sortant est le DVG Auguste Trupheme depuis 2004. Sur le papier, la gauche (PS, DVG) dispose de 14 conseillers contre 13 pour la droite (UMP, DVD). Trois indépendants feront donc la différence: l'un est un ancien président de l'UDF locale, plutôt classé au centre-droit, l'autre un sans étiquette qui a siégé jusqu'alors au sein de la majorité de gauche quand le dernier est un nouveau conseiller, élu grâce au soutien de l'UMP. La donne se complique lorsque l'on sait que le nouveau maire de Gap, Roger Didier, est un PRG soutenu par l'UMP, qui pourrait être tenté de changer de bord et passer à droite. C'est la grande inconnu de l'élection. Reste encore à savoir comment vont voter trois conseillers sortants de la majorité de gauche qui avaient eux-mêmes changé de camp en 2004 (un RPR, un UDF, un indépendant). Le sort du département pourrait se jouer au bénéfice de l'âge en cas d'égalité. Dans ce cas, avantage à la gauche: Auguste Trupheme, qui se représente, est le doyen de l'Assemblée (75 ans).
 

Pyrénées-Atlantiques: égalité, que le plus vieux gagne!
 
Le département de François Bayrou, présidé par le MoDem Jean-Jacques Lasserre, peut-il virer à gauche? A l'issue des cantonales, l'égalité est stricte entre la gauche (PS, DVG, 26 élus) et la droite (UMP, MoDem). Le siège de président devrait donc se jouer là aussi au bénéfice de l'âge. Et avantage à la gauche dans ce cas selon le PS. Son candidat, Georges Labazée, serait plus âgé de quelques mois que Jean-Jacques Lasserre. Heureux hasard…
 

Aveyron: le poids des sans-étiquette

 
Sur le papier, la droite a l'avantage avec 23 conseillers (UMP, DVD) face à 19 de gauche (PS, PRG, FVG). Mais celle-ci, qui a gagné pas moins de six sièges aux dernières cantonales, peut faire chavirer un département qui a déjà vu Millau et Rodez basculer à gauche aux municipales. Pour s’imposer, la majorité doit en effet parvenir à attirer à elle le seul élu MoDem ou l'un des trois sans étiquette du département. Ca va négocier sec jusqu'à dimanche.