«Une matinée inoubliable» pour les nouveaux membres du gouvernement

REPORTAGE Et aussi pour les journalistes, qui ont attendu une heure dans le froid à la sortie du conseil des ministres...

Catherine Fournier

— 

Nadine Morano, nouvelle secrétaire d'Etat à la Famille, à la sortie du Conseil des ministres mercredi 19 mars 2008
Nadine Morano, nouvelle secrétaire d'Etat à la Famille, à la sortie du Conseil des ministres mercredi 19 mars 2008 — Reuters
11h, dans la cour du Palais de l'Elysée. Une forêt de micros, caméras et appareils photos sont braqués vers le perron, fébriles. Les nouveaux membres du gouvernement Fillon III vont-il se fendre d'une petite déclaration à la sortie de leur premier Conseil des ministres? Il faudra bien attendre une heure dans le froid pour le savoir. «C'est pire qu'aux Glières», peste un JRI. Au grand soleil succède la grêle. «C'est de mauvaise augure», plaisantent les journalistes transis.

12h, les ministres sortent enfin, amusés de voir un tel attroupement. Rachida Dati, Valérie Pécresse et Nathalie Kosciusko-Morizet, presque bras dessus bras dessous, saluent l'assemblée. Mais les vieux de la vielle (Fillon I) n'intéressent guère, les plus attendus sont les nouveaux secrétaires d'Etat. Laurent Wauquiez, ex-porte parole du gouvernement et nouveau secrétaire d'Etat à l'Emploi, est hélé: «Le Président est très déterminé, on entre vraiment dans le temps de l'action», se contente-t-il de déclarer avant de filer.

Yves Jégo (nommé secrétaire d'Etat à l'Outre-mer à la place de Christian Estrosi) snobe les médias, tout comme Jean-Marie Bockel, passé secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux collectivités locales. Heureusement Christian Blanc, chargé du développement de la «Région capitale», l'un des six nouveaux secrétariats d'Etat, s'arrête. Le député des Yvelines se dit «surpris» d'avoir été contacté par le Président pour occuper cette fonction et trouve «intéressant» d'avoir la «possibilité de prendre des décisions». Un vrai scoop.

La star du jour, Nadine Morano

Mais la vraie star du jour, c'est Nadine Morano. La nouvelle secrétaire d'Etat à la Famille, qui n'est pas sans le savoir, s'attarde auprès des journalistes et joue le jeu des questions-réponses. Celle qui prône la légalisation de l'euthanasie ou de l'adoption par les couples homosexuels annonce qu'elle «gardera sa personnalité et sa liberté de parole» mais qu'elle respectera «l'esprit d'équipe du gouvernement» et «appliquera le projet présidentiel à la lettre». Pourquoi a-t-elle été choisie alors qu'elle avait perdu aux municipales? «Je pense que le Président a tenu compte des spécificités locales», répond-elle, accusant le maire sortant de Toul (Meurthe-et-Moselle) de l'avoir fait perdre en maintenant sa liste divers droite (Jacques Gossot).

12h30, retour au chaud avec café et jus d'orange pour le compte-rendu de Luc Chatel. Qui dit nouveau porte-parole du gouvernement, dit nouveau décor, soit une petite reproduction de l'Elysée sur fond bleu. Le secrétaire d'Etat à l'Industrie et à la Consommation répète ce qui a déjà été publié par l'Elysée une heure plus tôt, à savoir qu'il n'y aura «ni ralentissement des réformes, ni plan de rigueur». Le Président a-t-il salué les nouveaux venus? «Oui, il leur a dit que cette matinée serait inoubliable pour eux. Il a raison, je me souviens encore du 20 juin dernier».