Affaire du SMS : Nicolas Sarkozy retire sa plainte, Carla écrit

MEDIAS Le parquet de Paris confirme le retrait de la plainte. Pour Carla Bruni, «l'affaire du faux SMS est close»...

Avec agence

— 

AFP

Le parquet de Paris a confirmé avoir reçu mercredi un courrier de l'avocat de Nicolas Sarkozy, dans lequel le chef de l'Etat annonce qu'il retire sa plainte contre le Nouvel Observateur dans l'affaire du SMS controversé adressé à son ex-épouse Cécilia.

Le retrait de la plainte a été annoncé par la nouvelle épouse du chef de l'Etat, Carla Bruni dans une tribune parue dans Le Monde daté de jeudi.

Contre le «droit de dire et d'écrire n'importe quoi»


Outre l'annonce du retrait, la «première dame» est revenue, dans Le Monde, sur la déontologie nécessaire au journalisme, notamment sur les principes de vérification des informations et de respect de la vie privée. Des principes «bafoués», selon elle.

«Il me semble que quand un "journaliste", aux dépends de l'honnêteté qu'il doit à ses lecteurs, sanctifie la rumeur et prend ses désirs pour des réalités, il ne doit pas invoquer des "sources en béton"», écrit-elle.

Carla Bruni-Sarkozy revient également sur la plainte déposée par le président. Ce faisant, son mari ne s'en est pas pris à la liberté de la presse, affirme-t-elle, mais au «droit de lire et d'écrire n'importe quoi.»

«Mes regrets de l'avoir blessée»

De son côté, Airy Routier persiste et signe. Le journaliste du «Nouvel Observateur» a confirmé ce mercredi à l'AFP s'être excusé «à titre personnel» auprès de Carla Bruni, mais a maintenu l'authenticité de son information.

«J'ai écrit de ma propre initiative à Carla Bruni-Sarkozy la semaine dernière pour lui dire qu'à titre personnel, en marge des controverses publiques sur le SMS contesté, je lui exprimais mes regrets de l'avoir blessée par cette publication», a-t-il déclaré, confirmant une information de France Inter.

«Je maintiens totalement ma position»

«C'était une lettre personnelle dans laquelle je n'ai jamais mis en cause l'authenticité du SMS. Je maintiens totalement ma position là-dessus», a en revanche précisé Airy Routier, contrairement aux affirmations de la radio selon lesquelles le journaliste avait reconnu son erreur.

La plainte du chef de l'Etat était «une plainte d'intimidation qui ne tient pas debout devant la justice» et «il fallait bien» que Nicolas Sarkozy la retire «à un moment ou à un autre», a commenté Airy Routier.

Cécilia avait démenti

Selon le journaliste, le chef de l'Etat avait envoyé à son ex-épouse, huit jours avant son mariage avec Carla Bruni le 2 février, un SMS indiquant: «Si tu reviens, j'annule tout».

Entendue début mars par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), Cécilia Ciganer a démenti avoir reçu ce SMS.