Le gouvernement s'offre un lifting

S. C.

— 

Six entrants, un sortant, et quelques ajustements. La liste du nouveau gouvernement, annoncée hier soir par l'Elysée, ne modifie pas l'architecture de l'équipe Fillon. Comme prévu, les poids lourds gardent leur portefeuille, avec des modifications d'attributions pour douze d'entre eux. Six autres ministres se voient adjoindre un nouveau secrétaire d'Etat, qui devra rendre plus lisible la politique du gouvernement.

Seul Christian Estrosi quitte le navire. Il l'avait promis aux Niçois, qui l'ont élu à la tête de leur ville. Pour le remplacer à l'Outre-Mer, l'Elysée a récompensé un sarkozyste, le porte-parole de l'UMP Yves Jégo. L'autre porte-parole du parti, Nadine Morano, effectue aussi son entrée au gouvernement, en tant que secrétaire d'Etat chargée de la Famille. Le nouvel entrant le plus notable est Christian Blanc. L'ancien président d'Air France décroche le secrétariat d'Etat chargé du Développement de la région capitale. Les autres nouveaux sont Hubert Falco, secrétaire d'Etat chargé de l'Aménagement du territoire, Alain Joyandet, secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la francophonie, et Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat chargée du Commerce extérieur.

Déjà membres du gouvernement, Luc Châtel devient porte-parole, à la place de Laurent Wauquiez, nouveau secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi. Eric Besson est chargé de l'Economie numérique. Jean-Louis Borloo gagne l'énergie, Christine Lagarde reste ministre de l'Economie mais perd les Finances, non réattribuées, et gagne l'Industrie.

Sur www.20minutes.fr

Les dernières infos en direct