« Des barons locaux du PS ont peur des candidats issus de l'immigration »

Recueilli par Stéphane Colineau - ©2008 20 minutes

— 

Faouzi Lamdaoui

Secrétaire national à l'égalité des chances (PS).

Combien de nouveaux maires sont-ils issus de l'immigration ?

A part le cas particulier de Dati, à qui l'UMP a fait un cadeau à Paris, un seul maire issu de l'immigration a été élu. C'est Samia Ghali (PS), dans le 8e secteur à Marseille. Je constate donc que l'intégration est faite dans l'administration, dans l'économie mais pas en politique. On ne compte plus les ingénieurs, médecins ou avocats issus de l'immigration. Mais pas un député, et un seul maire.

Comment l'expliquez-vous ?

La direction du PS a compris dès 2002 que la diversité était une chance. Mais certains barons locaux du parti ont peur. Faut-il leur proposer des cours de sciences politiques, où l'on enseigne que le vote communautariste n'existe pas ? Seules les compétences du candidat importent. En Grande-Bretagne, en Allemagne, au Pays-Bas, il y a des députés d'origine étrangère. Ils sont élus par tout le monde, pas seulement par leur communauté.

Que suggérez-vous ?

Le PS devrait investir dès maintenant ses 17 candidats de la diversité aux législatives 2007, dont je faisais partie, pour celles de 2012. Cela éviterait les manoeuvres de dernière minute pour nous évincer.