Quand la prévention coûte moins cher que la répression

D. C.

— 

«Il n'y a pas de déterminisme génétique pour la délinquance.» Vice-présidente du TGI de Paris et ancienne juge pour enfants, Claude Beau met son énergie et son expérience au service de la prise en charge des jeunes en souffrance et de leur famille, à travers son association Mission possible. Celle-ci travaille déjà pour une dizaine de municipalités afin d'accompagner les enfants dès que les premiers symptômes de carences éducatives ou sociales apparaissent pour travailler sur les raisons de cette souffrance.

Ce concept peut se décliner selon les besoins des collectivités locales. «Tous ceux qui ont fait appel à nous ont constaté un impact tangible, explique Claude Beau. Et notre action de prévention envers les 6-12 ans coûte 8 à 10 euros pas jour et par enfant contre 700 euros pour une journée en centre éducatif fermé.»

démission
Contre l’idée reçue que la démission parentale est à l’origine de la violence des jeunes, Claude Beau indique que la quasi-totalité des parents qui ont été informés de la possibilité d’être aidés par Mission possible ont répondu présents.