L'inspection du travail a envoyé un "avertissement" au constructeur automobile Renault, envisageant de dresser un procès-verbal pour "harcèlement moral" envers les salariés du Technocentre (Yvelines), a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.
L'inspection du travail a envoyé un "avertissement" au constructeur automobile Renault, envisageant de dresser un procès-verbal pour "harcèlement moral" envers les salariés du Technocentre (Yvelines), a-t-on appris mercredi de source proche du dossier. — Mehdi Fedouach AFP/archives

Coupe de France

Un nouveau suicide au Technocentre de Guyancourt

TRAVAIL – Trois employés de ce pole de Renault se sont déjà donnés la mort...

Macabre coïncidence. Alors qu'un rapport sur le stress au travail doit être rendu ce mercredi au ministre du travail Xavier Bertrand (>> un évènement à suivre sur 20minutes.fr), le Technocentre de Renault Guyancourt (Yvelines) a annoncé un nouveau suicide d’employé mardi, confirmant une information de «la Tribune».

«Surmené»

Ce salarié s'est donné la mort fin février, a indiqué une porte-parole de Renault. Il était employé depuis juillet dernier à la conception de systèmes informatiques pour la société de prestations techniques Assystem. «Il avait travaillé auparavant au Technocentre pour d'autres sociétés», a ajouté la porte-parole.

Selon «La Tribune», citant une source syndicale, le salarié, qu'on «disait surmené», s'est «suicidé chez lui un dimanche». «Un CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) extraordinaire s'est tenu hier (mardi, ndlr) au sein du prestataire. Et les syndicats pourraient à leur tour réclamer la convocation d'un CHSCT chez Renault», écrit le quotidien, soulignant qu'«il est impossible à ce stade d'établir un lien» entre ce suicide et les «conditions de travail» au Technocentre, théâtre de trois suicides entre fin 2006 et début 2007 (un quatrième suicide a eu lieu fin septembre 2007, mais il s'agissait d'un technicien du centre d'essai d'Aubevoye (Eure), rattaché administrativement au Technocentre de Guyancourt, ndlr)

Deux accidents du travail

Mardi, le directeur des ressources humaines (DRH) du groupe Renault, Gérard Leclercq, avait justement estimé, lors d'une conférence de presse, que l'entreprise était sur «la bonne voie» concernant les conditions de travail à Guyancourt, sans évoquer le cas de ce salarié d'Assystem. Le DRH de Renault a notamment souligné qu'un «certain nombre de mesures» avaient été prises depuis un an, dont «la mise en place d'un DRH à part entière (...)».

L'entreprise est toutefois en mauvaise posture, deux des trois premiers suicides ayant été reconnus comme des accidents du travail par un rapport indépendant la Sécurité sociale. Par ailleurs, un rapport indépendant commandé par le CHSCT du Technocentre et rendu en octobre 2007 faisait état d'un large dépassement du temps de travail des salariés.

Débat: Et vous, êtes-vous stressés au travail? Pour retrouver vos commentaires, cliquez ici