La Poste ne croit pas au paradis

- ©2008 20 minutes

— 

Anaïs, 13 ans, a perdu sa mère il y a deux ans. Inconsolable, elle a décidé de lui envoyer une lettre adressée symboliquement « rue du Paradis au Ciel ». Mais sans timbre. La Poste, pleine de tact, a renvoyé la lettre avec la mention « n'habite pas à l'adresse indiquée » accompagnée d'une taxe de 1,35 euros. L'histoire a été racontée hier par Le Journal de Saône-et-Loire.