Fillon, « il est beau et il est bon »

A Lyon, Frédéric Crouzet - ©2008 20 minutes

— 

Un gâteau sans bougie arrive. Dans une brasserie de Lyon, le candidat Dominique Perben (UMP) souhaite un joyeux anniversaire à « son ami » François Fillon. Massés sur un trottoir de la place Bellecour, une centaine de militants chantent et applaudissent. Le Premier ministre fêtait hier ses 54 ans et ses 66 % d'opinions favorables au baromètre Ifop-Paris Match (41 % pour Nicolas Sarkozy).

Une popularité qu'il a pu mesurer en se promenant rue de la République, artère bourgeoise et commerçante, surtout auprès des partisans de l'UMP. « Fillon, Fillon ! », s'époumone une dame en l'apercevant derrière un rideau d'une centaine de journalistes. « Fillon, oui, Perben, non », précise-t-elle. « Il est beau et il est bon », s'enflamme sa voisine. Elle figure sur les listes de Perben, en difficulté face au maire PS sortant Gérard Collomb. « On nous a demandé de venir l'applaudir, mais sans nos blousons de campagne, pour ne pas faire trop réunion de militants », explique-t-elle. « La clé du scrutin, c'est quand on mobilise son électorat. Cette visite, c'est le soutien du gouvernement et du chef de la majorité », affirme François Fillon. Le Premier ministre est reparti avec en cadeau des macarons de la maison Bouillet. Une chocolaterie que Nicolas Sarkozy avait renoncé à visiter en raison d'une manifestation lors de sa campagne présidentielle. « Fillon nous a vengés », lâche une militante.

Sur www.20minutes.fr

Notre édition spéciale municipales