Les quatre skieurs auraient «chahuté» dans la télécabine

- ©2008 20 minutes

— 

Les trois amis de l'homme qui a mortellement chuté d'une télécabine, samedi à Chamonix (Haute-Savoie), ont reconnu lors de leur garde à vue avoir "un peu chahuté", mais leurs déclarations contradictoires ne permettent pas encore de déterminer la cause exacte du drame.
Les trois amis de l'homme qui a mortellement chuté d'une télécabine, samedi à Chamonix (Haute-Savoie), ont reconnu lors de leur garde à vue avoir "un peu chahuté", mais leurs déclarations contradictoires ne permettent pas encore de déterminer la cause exacte du drame. — Gérard Malie AFP/Archives

La vitre en plexiglas de la télécabine était-elle mal scellée, où les skieurs se sont-ils montrés très imprudents? C'est la question qui se pose au colonel Kim, commandant des gendarmes de Haute-Savoie, en charge de l'enquête. Samedi, quatre pères de familles venus de la Somme, âgés de 32 à 35 ans, se sont installés dans une télécabine du Planpraz, à Chamonix, pour regagner la station. L'un d'entre eux n'est jamais arrivé. Il a chuté de 25 m, mourant sur le coup. La vitre a été retrouvée entière.

Dans ses déclarations, le colonel Kim a privilégié hier la thèse de l'imprudence des skieurs. «Des comportements inadaptés dans la télécabine sont probablement à l'origine de l'accident», a-t-il indiqué. Deux des quatre amis, qui venaient de finir un repas alcoolisé, mais n'étaient pas ivres, se sont «appuyés sur la vitre latérale qui a cédé». Ils ont admis avoir «un peu chahuté», selon les auditions des amis de la victime. «Les vitres des télécabines sont faites pour résister à des vents de plus de 100 km/h», a indiqué à la presse la Compagnie du Mont-Blanc. De quoi rassurer les 450.000 passagers transportés chaque année par les six télécabines du Planpraz.