Treize ans de prison pour l'élève agresseur d'Etampes

B. B. (avec AFP) - ©2008 20 minutes

— 

Il a dix jours pour faire appel, mais pour l'instant, il n'a pas manifesté ses intentions. Kevani Wansale, 20 ans, a été condamné samedi à treize ans de réclusion criminelle par les assises de l'Essonne. La cour, après quatre jours d'audience et quelques heures de délibéré, l'a reconnu coupable de tentative d'assassinat contre sa professeur d'arts plastiques, Karen Montet-Toutain, qu'il a poignardée en plein cours le 16 décembre 2005, au lycée professionnel Louis-Blériot d'Etampes.

Les jurés ont finalement retenu la préméditation de l'acte chez ce jeune homme à l'enfance difficile, qui n'aurait pas supporté une réflexion que l'enseignante avait faite à sa mère la veille du drame. Ils ont pratiquement suivi les réquisitions du ministère public, qui avait demandé quinze ans de prison, estimant que la « volonté de tuer » était « une évidence ».

A l'énoncé du verdict, Kevani Wansale n'a pas cillé et n'a pas eu un regard ou un geste pour sa mère et ses frères et soeurs, présents dans la salle. Avant que la cour ne se retire pour délibérer, il avait de nouveau présenté ses excuses à Karen Montet-Toutain. « Je vous demande pardon, je sais que je vous ai fait beaucoup de mal. Je regrette tous les jours, ça ne me quitte pas », avait-il déclaré. A l'issue du procès, l'enseignante, qui n'a toujours pas repris les cours depuis son agression, a expliqué, très émue, que c'était « un véritable gâchis pour les deux parties ». Damien Brossier, avocat de Wansale, a jugé, lui, que la peine était lourde pour « un jeune de 20 ans ». Il risquait la réclusion criminelle à perpétuité.