Menaces de mort contre le jeune fils Sarkozy: trois mois de prison avec sursis

© 2008 AFP

— 

Un jeune homme de 22 ans, qui avait menacé de mort par téléphone le fils âgé de 10 ans du président français Nicolas Sarkozy et de son ex-épouse Cécilia, a été condamné lundi à 3 mois de prison avec sursis.
Un jeune homme de 22 ans, qui avait menacé de mort par téléphone le fils âgé de 10 ans du président français Nicolas Sarkozy et de son ex-épouse Cécilia, a été condamné lundi à 3 mois de prison avec sursis. — Thomas Coex AFP/Archives

Un jeune homme de 22 ans, qui avait menacé de mort par téléphone le fils âgé de 10 ans du président français Nicolas Sarkozy et de son ex-épouse Cécilia, a été condamné lundi à trois mois de prison avec sursis.

Son complice présumé, âgé de 21 ans, a été condamné à une amende de 700 euros pour lui avoir donné le numéro de portable de Louis, le fils du président, qu'il avait obtenu auprès d'un ami salarié d'un opérateur de téléphonie.

Les deux hommes, qui ont affirmé qu'ils avaient agi par jeu et se sont excusés auprès de leurs victimes, devront également verser 1 euro de dommages et intérêts à chacun des parents de l'enfant.

Le procureur avait requis six mois de prison avec sursis pour le premier et 4 mois de prison avec sursis pour le second, et avait demandé pour les deux hommes, originaires de la banlieue nord de Paris, une peine de travail d'intérêt général.

Au cours d'une soirée de l'été 2007, un salarié de l'opérateur de téléphonie Orange s'était vanté auprès de son ami d'avoir accès à la liste des numéros des abonnés VIP, dont celui de Cécilia Sarkozy. L'ami, sapeur-pompier, avait alors décidé d'appeler le numéro de Louis Sarkozy, d'abord plusieurs fois sans laisser de message. Mais lors d'un appel le 5 janvier, il avait proféré des menaces de mort envers le garçonnet, à l'aide d'un téléphone portable volé à un jeune voisin.

«On a le sentiment que ce jeune homme n'a pas mesuré les conséquences», mais «il y a plus de peur que de mal et les excuses ont été entendues», a déclaré Me Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy.

L'avocat du jeune sapeur-pompier, Me Stéphane Maugendre, a affirmé que son client était «quelqu'un d'immature, qui ne s'extériorise pas, qui ne parle pas de son métier difficile. C'est une sorte de violence qui sort de lui, avec l'alcool qui le désinhibe», a-t-il ajouté.