Le Parti socialiste a perdu 100.000 adhérents

DECRYPTAGE Le politologue Gérard Grunberg explique les raisons de cette désaffection...

Recueilli par Alexandra Nawawi

— 

Le premier secrétaire du PS François Hollande a indiqué qu'il ne se rendrait pas aux voeux de Nicolas Sarkozy au Parlement mercredi après-midi car le président de la République n'a, selon lui, "pas à convoquer le Parlement à l'Elysée".
Le premier secrétaire du PS François Hollande a indiqué qu'il ne se rendrait pas aux voeux de Nicolas Sarkozy au Parlement mercredi après-midi car le président de la République n'a, selon lui, "pas à convoquer le Parlement à l'Elysée". — Jacques Demarthon AFP/Archives

Le compte n'est pas très bon pour le Parti socialiste. Dimanche, lors du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI, François Hollande a déclaré que le PS comptait actuellement «à peu près 150.000 adhérents». Un chiffre «tout à fait à l'honneur» du parti, selon son premier secrétaire, mais inférieur de 100.000 au nombre des troupes encartées au plus fort de la mobilisation pour la présidentielle.

Gérard Grunberg, directeur de recherche du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), explique à 20minutes.fr les raisons de cette désaffection.

Qui sont les adhérents qui ont quitté les rangs du Parti socialiste?
La grande majorité sont ceux qu'on a appelés les «nouveaux adhérents». Ils ont pris leur carte au Parti socialiste lors de la pré-campagne présidentielle, en profitant, pour une large partie d'entre eux, de la campagne d'adhésion à 20 euros. Beaucoup de ces nouveaux adhérents ont rejoint le PS pour participer à la désignation de la candidate pour l'élection présidentielle. Mais il faut tout de même reconnaître que le PS a gagné plus d'adhérents à l'époque qu'il n'en a perdus aujourd'hui.

Pourquoi ont-ils quitté le PS?
D'abord ces adhérents n'ont pas toujours été bien accueillis par certains membres du parti qui étaient contre cette campagne d'adhésion (mise en place par Jack Lang, ndlr). Ensuite, certaines sections n'ont pas été en mesure de les encadrer. De manière générale, le Parti socialiste a beaucoup de mal à garder ses membres. C'est un parti d'élus, plus qu'un parti de militants.

Est-ce un échec pour le Parti socialiste ou pour l'ex-candidate à la présidentielle, Ségolène Royal?
C'est d'abord un échec pour le Parti socialiste, dû vraisemblablement à la défaite du 6 mai dernier. Mais il est quelque part possible que cette hémorragie traduise sa déception vis-à-vis de l'ancienne candidate du PS. Ségolène Royal a aujourd'hui beaucoup moins de crédibilité et d'influence. Les adhérents ont dû faire face à cette double déception.

Et pour vous, quelles sont les raisons de cette chute? Et que pensez-vous de l'avenir de la gauche? Dites-le nous ci-dessous...