Disparition d'Estelle Mouzin: interpellations dans un restaurant en Seine-et-Marne

© 2008 AFP

— 

Cinq ans après la disparition de la petite Estelle Mouzin, l'enquête a rebondi jeudi avec des interpellations et de nouvelles investigations dans un restaurant asiatique à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), non loin du lieu où sa trace a été perdue.
Cinq ans après la disparition de la petite Estelle Mouzin, l'enquête a rebondi jeudi avec des interpellations et de nouvelles investigations dans un restaurant asiatique à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), non loin du lieu où sa trace a été perdue. — Jean Ayissi AFP/Archives

Cinq ans après la disparition de la petite Estelle Mouzin, l' enquête a rebondi jeudi avec des interpellations et de nouvelles investigations dans un restaurant asiatique à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), non loin du lieu où sa trace a été perdue.

Les enquêteurs se montraient toutefois prudents sur les nouveaux développements de l'enquête, relancée à partir d'informations émanant d'un journaliste indépendant, selon une source proche du dossier.

Celui-ci aurait rapporté avoir appris que des ouvriers, qui bâtissaient ce restaurant sur le site d'un ancien entrepôt, avaient trouvé des restes humains il y a plusieurs mois, une découverte qu'ils n'avaient pas révélée à la police.

"La police, sur demande du juge d'instruction, est à la recherche de traces du cadavre d'un enfant. Il n'y a pas de certitude que ce soit Estelle", a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Meaux, René Pech, qui s'est rendu sur place avec le directeur régional de la police judiciaire, Jean Espitalier.

Des interpellations ont également eu lieu dans le restaurant asiatique, situé rue du Coq-Gaulois, a précisé à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information de France 3. Et un tracto-pelle a été acheminé sur place pour percer la dalle de l'établissement.

Les investigations se poursuivaient à 17H00.

Estelle Mouzin, 9 ans, a disparu le 9 janvier 2003 à Guermantes, un village situé à environ 25 km de Brie-Comte-Robert.

Les enquêteurs agissent à la demande du procureur de la République de Meaux, qui a requis début janvier un supplément d'information "pour recel de cadavre".

Didier Seban, l'avocat du père de l'enfant, a expliqué à l'AFP que "lors de travaux effectués durant l'été 2007", "des ouvriers avaient découvert ce qui pouvait ressembler à un corps d'enfant dont les restes ont été sortis".

"Une dalle de béton avait été coulée mais il reste forcément des traces", peut-être "un cheveu, un bout de tissu, qui doivent être récupérés" a déclaré l'avocat.

C'est pourquoi les enquêteurs ont acheminé sur place un tracto-pelle qui "va devoir percer le sol du restaurant: on ne peut pas passer à côté de cette opportunité", a ajouté Me Seban.

En milieu d'après-midi, les enquêteurs ont vidé l'établissement de son mobilier et de ses éléments de décoration. Un tracto-pelle a ensuite été introduit à l'intérieur afin d'entreprendre le percement du sol.

Une journaliste de l'AFP sur place a pu voir un homme, la tête coiffée d'une capuche, accompagné à l'intérieur par les policiers, sans qu'on puisse savoir s'il s'agissait d'un suspect ou d'un simple témoin.

Cinq ans après la disparition d'Estelle Mouzin, famille, proches, voisins, s'étaient une nouvelle fois retrouvés à Guermantes (Seine-et-Marne), le 12 janvier, pour lui rendre hommage et rappeler la nécessité de poursuivre l'enquête, jusqu'ici infructueuse.

Lors de la réunion, à cette occasion, de l'association Estelle, le directeur de la PJ, Jean Espitalier, avait fait un point sur l'enquête. Il avait ainsi révélé que les enquêteurs, toujours mobilisés, travaillaient sur deux pistes, une qui est "le résultat d'un rapprochement" et une autre qui est le "résultat d'un renseignement" recueilli début janvier 2008.