La fortune sourit aux jeux d'argent et de hasard

- ©2008 20 minutes

— 

100 % des organisateurs gagnent à tous les coups. L'an dernier, les trois principaux opérateurs français de jeux - la Française des Jeux, le PMU et les casinos - ont enregistré une recette totale de 20,9 milliards d'euros. Un peu plus de 9 milliards pour les Loto, Rapido et EuroMillions, un peu moins de 9 milliards pour les courses de chevaux, et presque 3 milliards pour les bandits manchots.

Une bonne santé des jeux de hasard qui se vérifie d'année en année. En 2007, les Français ont dépensé 2,3 millions d'euros par heure dans ces jeux, soit quotidiennement 57,3 millions, une somme en hausse de 21 % en cinq ans. Une opération très juteuse pour l'Etat, qui détient en France le monopole des jeux d'argent et qui a ainsi récolté 6 milliards d'euros en diverses taxes.

Plus belle progression en 2007, le PMU, qui a augmenté son chiffre d'affaires de 9 %, notamment grâce à un nouveau pari, le Quadrio. Derrière, la Française des Jeux a vu son chiffre d'affaires baisser pour la première fois depuis quinze ans, de 1,8 %. Effritement lié selon la FDJ à la baisse de la cagnotte de l'EuroMillions. De son côté, le Rapido, installé le plus souvent dans les bars-tabacs, semble avoir également pâti de l'interdiction de fumer, avec une baisse de 15 % enregistrée depuis le 1er janvier. Enfin, les casinos ont connu une relance en 2007, due selon eux à l'engouement général pour le poker.

En France, les spécialistes estiment qu'il y a entre 600 000 et 1,5 million de joueurs pathologiques.