250 millions d'euros pour les sans-abri et les mal-logés

SOCIAL C'est ce qu'annonce mardi François Fillon. Les associations, qui chiffraient les besoins à plus d'1,5 milliard d'euros, sont déçues...

© 2008 AFP

— 

Le Premier ministre François Fillon a annoncé mardi une enveloppe de 250 millions d'euros pour 2008 et un plan pluriannuel pour tenter de résoudre les problèmes des sans-abri et des mal-logés.
Le Premier ministre François Fillon a annoncé mardi une enveloppe de 250 millions d'euros pour 2008 et un plan pluriannuel pour tenter de résoudre les problèmes des sans-abri et des mal-logés. — Stephan Agostini AFP

Le Premier ministre François Fillon a annoncé mardi une enveloppe de 250 millions d'euros pour 2008 et un plan pluriannuel pour tenter de résoudre les problèmes des sans-abri et des mal-logés.


Part belle aux logements sociaux

Le plan comportera la création d'un poste de préfet qui coordonnera sur le terrain «toutes les actions de lutte contre les problèmes des sans-abri», a-t-il dit à l'issue d'une rencontre avec les associations.

François Fillon les a reçues mardi pour évoquer les pistes avancées par le député Etienne Pinte (UMP/Yvelines), chargé en décembre d'étudier les moyens pour que «plus personne ne soit contraint de dormir dans la rue». La mission de ce dernier est prolongée jusqu'en juin. Selon le Premier ministre, l'enveloppe «nouvelle» de 250 millions d'euros pour l'année 2008 marque «une augmentation de 25% des crédits».

Autre annonce: dans les villes «qui n'appliquent pas la loi SRU (faisant obligation de construire au moins 20% de logements sociaux, ndlr), les nouveaux programmes de construction devront comprendre 30% de logements sociaux».

Associations déçues

Les associations, qui avaient évalué les besoins entre 1,5 et 1,7 milliard d'euros, se sont déclarées «très déçues» par le niveau financier de ces différents engagements. «Nous n'avons pas été entendus en ce qui concerne le saut qualitatif et quantitatif que nous avions demandé en matière d'hébergement et de logement», a déclaré Patrick Doutreligne, secrétaire général de la Fondation Abbé Pierre à sa sortie de la réunion.

Augustin Legrand, des Enfants de Don Quichotte, a fait part de sa «colère froide», et affirmé que tout dépendrait, une nouvelle fois, de la «mobilisation des associations». Celles-ci doivent déterminer une stratégie commune mardi après-midi.

Prévenir les expulsions locatives

Le plan pluriannuel comprendra, a dit le chef du gouvernement, un volet de «prévention des expulsions locatives» mis en oeuvre par les préfets. Les enquêtes sociales avant éventuelle expulsion deviendront ainsi obligatoires. Les préfets auront aussi le pouvoir de bloquer les expulsions «lorsque des solutions de logement digne n'auront pas été trouvées».

Le plan ambitionne de «résorber l'habitat indigne» en 4 ans et également un «système d'assurance pour mieux garantir les bailleurs contre les risques locatifs». Il doit encore, selonFillon, «donner le moyen d'appliquer le droit au logement opposable» voté en 2007.

Le Premier ministre a avancé l'objectif de «construire 20.000 logements» à loyer accessible, sur les 60.000 prévus chaque année d'ici 2012 «et 9.000 places de maisons relais».