Du sursis pour le médecin et l'infirmier

A Lyon, Frédéric Crouzet - ©2008 20 minutes

— 

Un médecin-anesthésiste de la clinique du Val d'Ouest d'Ecully (Rhône) et un ancien infirmier ont été condamnés hier respectivement à six et dix-huit mois de prison avec sursis pour homicide involontaire. En septembre 2004, ils avaient causé la mort de Malo, 11 ans, qui avait reçu dix fois la dose de morphine prescrite après une opération de l'appendicite. Face à « la gravité de l'infraction », le tribunal correctionnel de Lyon a également interdit l'exercice de la profession d'infirmier durant dix ans à Stephen Lopez, 33 ans, auteur de l'injection. Lors de l'audience du 19 novembre 2007, le procureur avait requis « quatre à six mois avec sursis » contre le médecin Jean-Yves Chiara, 51 ans, et douze mois avec sursis contre l'infirmier, soulignant « les défaillances des deux prévenus ».

Opéré le 25 septembre 2004, Malo avait été pris en charge par Stephen Lopez, un infirmier intérimaire qui effectuait sa première mission au Val d'Ouest. Il avait demandé à l'anesthésiste qu'on donne de la morphine en sous-cutanée à l'enfant plutôt qu'en cachet, qu'il pourrait vomir. Le Dr Chiara lui avait dit par téléphone d'en injecter cinq milligrammes. Mais les ampoules de morphine n'indiquaient que des millilitres. L'infirmier s'était trompé dans les conversions et avait administré cinq ampoules au lieu d'une demie. Malo décédera après trois jours de coma. La justice reprochait au médecin-anesthésiste d'avoir « sous-estimé la situation » et « prodigué des soins inappropriés » après la surdose morphinique.