A Vaux-le-Pénil, un « taxi » pour rompre la solitude

Laure de Charette - ©2008 20 minutes

— 

Elle hésite entre « un bisou et une petite rétribution » pour remercier Jean-François de conduire son mari, blessé à la jambe, chez le médecin. Mme Guillaumot habite Vaux-le-Pénil, une bourgade de Seine-et-Marne. Faute de permis de conduire, elle fait appel pour la première fois au service de transport mis en place par sa mairie et assuré par vingt bénévoles. Ce dispositif figure en tête du palmarès des bonnes idées solidaires adoptées par les maires, établi cette semaine par les lecteurs de 20 Minutes et les auditeurs de RMC via le Manifeste des municipales (lire sur www.20minutes.fr).

« On emmène des personnes âgées ou handicapées faire leurs courses, chez le médecin ou rendre visite à un proche. Pour elles, c'est une vraie bouffée d'oxygène ! », assure Jean-François, retraité. En l'espace de trois mois, le véhicule fourni, entretenu et assuré par la mairie a permis d'effectuer une cinquantaine d'allers- retours. A la barbe des taxis locaux ? « On n'a reçu aucune plainte, assure Patrice Théveny, président du collectif d'associations. Pour Mme Guillaumot, le taxi était de toute façon « trop cher ». Là, un coup de fil a suffi pour que « son » chauffeur débarque à domicile. Gratuitement et avec le sourire.