Carla Bruni est un casse-tête indien

Nadia Daam

— 

Carla Bruni indique qu'elle n'accompagnera pas Nicolas Sarkozy pour sa visite d'Etat en Inde expliquant qu'elle n'est "pas encore mariée" au président de la République, dans des propos au quotidien Libération publiés mardi.
Carla Bruni indique qu'elle n'accompagnera pas Nicolas Sarkozy pour sa visite d'Etat en Inde expliquant qu'elle n'est "pas encore mariée" au président de la République, dans des propos au quotidien Libération publiés mardi. — Joël Saget AFP/Archives

L’Inde? Ce pays n'est pas pour Carla Bruni. Contactée par le quotidien «Libération», la compagne du chef de l'Etat a confié ne pas être du voyage présidentiel à New Delhi les 25 et 26 janvier. «Nous ne l'avons jamais vraiment envisagé», précise-t-elle.

«Les responsables indiens du protocole perdent leur sang-froid»

Les propos de l'ex-top infirme donc les rumeurs de mariage amplement relayé dans la presse et la blogosphère: «je ne peux participer à un voyage officiel avec le Président». Et pourraient apaiser les responsables indiens du protocole, qui, selon le quotidien «The Indu», «perdent leur sang-froid en raison de l’absence de toute information en provenance du palais présidentiel». Ce casse-tête indien l'est aussi pour les services du protocole français, pour les médias, mais aussi probablement pour Nicolas Sarkozy, puisque comme l’indique encore «Libération», ce dernier n’a pas totalement abandonné l’idée de joindre l’agréable à l’utile.

«pour la santé, c'est pas bon»

Carla Bruni écarte cependant la possibilité même d'une visite privée en marge du déplacement officiel, «même pour la santé, c'est pas bon», faisant référence au jet-lag, trop bien connu de l'ex-top model.
Autre raison invoquée pour ce non-voyage, celle qui est aussi chanteuse se prépare à rentrer en studio: «je travaille chez moi sur les maquettes». A noter donc que Carla Bruni n’a pas complètement élu domicile à l’Elysée.

Néanmoins, rien d’officiel encore pour l’instant, car la consigne donnée par le chef de l’Etat à ses conseillers est de ne plus répondre aux journalistes quand ils sont interrogés sur sa vie privée.