« La mode n'est pas responsable de l'anorexie »

L. de C.

— 

Le principe d'une charte de bonne conduite, non contraignante, suscite des réactions contrastées.

· Sylvie Zawadzki, de la Fédération française de la couture «La mode n'est pas responsable de l'anorexie. C'est un problème de santé publique. Ce n'est pas à nous d'imposer un ratio poids-taille, d'ailleurs contestable scientifiquement. En France, les mannequins sont déjà bien protégées: les agences doivent avoir un agrément et les filles voient un médecin une fois par an. Cette charte est acceptable.»

· Nathalie Maciel, ex-anorexique, auteur de La Balance du vide (Dorval Ed.) «On nous vend du rêve, du fantasme, de l'illusion. Certes, il y a une prédisposition psychologique à l'anorexie, mais l'environnement social et culturel pousse à la maigreur. Contre le diktat du corps unique, un ratio taille-poids et un âge minimum s'imposent. Et puis il faut réglementer les retouches de photos.»

Sur Internet
Sur leurs blogs ou sur les forums, des anorexiques témoignent de l’influence de la mode. Mariline: «De plus en plus de jeunes filles très maigres se martyrisent pour essayer de ressembler à ce quelque chose créé par la mode.» Pour Laurence, «la ligne anorexique est devenue un must en matière de fashion. Les garçons craquent pour les filles qui exhibent la rondeur de leurs os.» Loly conclut: «Ça commence par un régime, ça finit au cimetière.»

En France, 30.000 ados sont anorexiques.