Les étudiants solidaires, des aides efficaces contre l'échec scolaire

L. de C. - ©2008 20 minutes

— 

Un peu de solidarité peut se répercuter sur le carnet de notes. L'association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), réseau de 7 500 étudiants qui accompagnent bénévolement 10 000 jeunes en difficulté scolaire et sociale depuis une quinzaine d'années, s'est évaluée pour la première fois. Résultat : 83 % des parents trouvent que leur enfant, ainsi coaché, a de meilleures notes à l'école, et plus de la moitié des enseignants estiment que l'enfant s'organise mieux pour ses devoirs et qu'il s'applique davantage.

« Surtout, on s'est rendu compte qu'un vrai lien social se crée entre l'étudiant et la famille de l'enfant, alors qu'ils n'auraient jamais dû se rencontrer, étant souvent issus de milieux culturels différents », insiste Eunice Mangado, de l'Afev. En outre, 91 % des étudiants qui suivent des collégiens en se déplaçant à leur domicile discutent avec les parents de ses problèmes. « Pour lutter contre l'échec, un accompagnement humain et social s'impose. L'aide pure aux devoirs ne suffit pas », conclut la membre de l'association. Du moins pour les jeunes des quartiers défavorisés.