Fillon veut «au moins» 25.000 expulsions en 2008

Avec agence

— 

L'UMP a donné le coup d'envoi de sa campagne municipale samedi en affirmant sa volonté d'en faire un "test national", fustigeant l'adversaire socialiste "à court d'idées" et prônant l'ouverture incarnée par l'invité vedette de son Conseil national Tony Blair.
L'UMP a donné le coup d'envoi de sa campagne municipale samedi en affirmant sa volonté d'en faire un "test national", fustigeant l'adversaire socialiste "à court d'idées" et prônant l'ouverture incarnée par l'invité vedette de son Conseil national Tony Blair. — Martin Bureau AFP

Atteindre «au moins» 25.000 expulsions d'étrangers en situation irrégulière en 2008, tel est l’objectif affiché du gouvernement. Un seuil fixé lundi par le Premier ministre, François Fillon a fixé ce seuil lundi.

«Le nombre de reconduites à la frontière réalisées en 2007 est proche de l'objectif de 25.000. L'objectif pour 2008 sera au moins équivalent», a-t-il annoncé lors d'un déplacement à Marseille pour soutenir le maire sortant UMP Jean-Claude Gaudin aux municipales.

«Sur la question des sans-papiers, notre position est claire, républicaine: l'immigration est encadrée par la loi, il faut la respecter. Sinon, c'est la loi de la jungle, la loi des réseaux, la loi du plus fort», a-t-il ajouté.

«Les réfugiés et ceux qui obtiennent, par leurs efforts et leurs compétences, des papiers pour travailler et résider en France, sont les bienvenus. Ceux qui ne répondent pas aux critères posés par nos lois et n'ont pas de papiers sont appelés à être reconduits dans leur pays», a-t-il poursuivi.

«Politique du chiffre»

Le chiffre de 25.000 expulsions d'immigrés en situation irrégulière, qui figurait dans la lettre de mission du ministre de l'Immigration Brice Hortefeux, n'a pas été atteint en 2007.

Une «politique du chiffre» dénoncée par les associations d'aide aux sans-papiers et de défense des droits de l'Homme et par certains syndicats de police, tels l'Unsa ou le Syndicat général de la police (SGP-FO), qui déplorent la pression exercée sur leurs troupes.