Nicolas Sarkozy s’inquiète de la hausse des prix du pétrole

— 

Le roi d'Arabie, Abdallah Bin Abdelaziz Al Saoud, et Nicolas Sarkozy ont évoqué jeudi à l'Elysée, lors d'une première prise de contact, les grands projets de coopération économique, souhaitant que soit réalisé un état des lieux, selon l'Elysée.
Le roi d'Arabie, Abdallah Bin Abdelaziz Al Saoud, et Nicolas Sarkozy ont évoqué jeudi à l'Elysée, lors d'une première prise de contact, les grands projets de coopération économique, souhaitant que soit réalisé un état des lieux, selon l'Elysée. — Jacques Demarthon AFP

En visite en Arabie saoudite, Nicolas Sarkozy a demandé à Riyad de jouer «un rôle modérateur» en ce qui concerne la hausse des prix du pétrole, dont il a jugé la «brutalité» inquiétante. «Quand le prix du pétrole triple en quatre ans pour atteindre 100 dollars (le baril) récemment, je m'inquiète de la brutalité de ces hausses qui affectent directement la croissance et le pouvoir d'achat, non seulement en France et en Europe, mais plus encore dans de nombreux pays pauvres dépourvus de pétrole», a affirmé le président devant des chefs d'entreprises français et saoudiens à Ryad.

Aucun gros contrat n’a été signé en Arabie Saoudite

La visite du président français en Arabie saoudite s’achève sans résultat tangible. Le chef de l’État accompagné de vingt grands patrons a longuement discouru sur la qualité des relations franco saoudiennes, mais aucun contrat commercial n’a encore été signé.

Selon Nicolas Sarkozy, ce n’est que partie remise: «De gros contrats vont être signés par les entreprises françaises dans les semaines et les mois qui viennent». Il a évoqué la somme de «40 milliards d'euros de contrats potentiels» avec ce pays. Selon une source élyséenne, les discussions en cours portent sur le transport terrestre, l'aviation civile, l'eau et l'électricité, la sécurité intérieure et l'armement.

Des contrats pour les groupes énergétiques français

Total, Suez et Areva ont conclu ce week-end un accord pour proposer deux réacteurs nucléaires de troisième génération EPR aux Emirats arabes unis, ont annoncé lundi les groupes énergétiques français dans un communiqué commun.

Les EPR, fabriqués par le groupe nucléaire Areva et exploités par Suez, seraient construits dans l'émirat d'Abou Dhabi, selon une porte-parole de Total. Le groupe pétrolier apporterait quant à lui «sa capacité à mener à bien de grands projets industriels complexes», et «sa connaissance de la région» acquise grâce à «une présence historique aux Emirats Arabes Unis».