Marché du travail: «le CNE sera derrière nous»

Sa. C. avec agence

— 

Le gouvernement envisage que la durée de cotisation pour toucher une retraite à taux plein puisse augmenter à 41,5 ans en 2020, selon un rapport publié lundi par le ministère du Travail, qui reprend à son compte les conclusions du conseil d'orientation des retraites (COR).
Le gouvernement envisage que la durée de cotisation pour toucher une retraite à taux plein puisse augmenter à 41,5 ans en 2020, selon un rapport publié lundi par le ministère du Travail, qui reprend à son compte les conclusions du conseil d'orientation des retraites (COR). — Franck Fife AFP/Archives

Alors que les organisations syndicales doivent se prononcer cette semaine sur la réforme du marché du travail, le ministre du Travail lance, lundi, un ultime argument pour les convaincre: la fin annoncée du Contrat nouvelle embauche. Créé en 2005 lorsque Dominique de Villepin était à Matignon, le CNE prévoit une période d'essai de deux ans, en contradiction avec les nouvelles modalités des contrats de travail discutées.

Texte «déséquilibré»

«Si l'accord est ratifié par les syndicats et retranscrit par la loi, cela voudra dire que le CNE est totalement derrière nous car dans le cadre proposé, il y a forcément la motivation du licenciement», a fait valoir Xavier Bertrand, sur France 2. «C'est pourquoi il est important qu'il soit validé par un maximum de syndicats, mais je suis optimiste», a-t-il poursuivi, jugeant que ce texte marquait «un vrai pas en avant».

La CGT, qui juge le texte «déséquilibré», a d'ores et déjà annoncé qu'elle ne signerait pas. Les autres confédérations - CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC - se prononceront cette semaine.

«Dès qu'ils auront fait connaître leur position, dès que cet accord pourra être ratifié, je les recevrai au ministère en toute fin de semaine ou en début de semaine prochaine de façon à voir quand et comment nous allons retranscrire l'accord», indique le ministre.