sondage

- ©2008 20 minutes

— 

Le paradoxe Aubry. En juin 2006, l'Ifop a réalisé un sondage pour La Voix du Nord dans lequel les Lillois plébiscitaient l'action du maire mais pas son caractère. La majorité municipale n'a pas hésité à saisir la Commission nationale des sondages pour forcer l'Ifop à se remettre au travail. Rebelote : dans une deuxième mouture, également contestée par la mairie, 78 % des Lillois s'estimaient satisfaits du travail réalisé, mais 58 % souhaitaient que Martine Aubry cède son fauteuil d'édile en mars prochain.