Une manifestation de soutien pour deux journalistes qui risquent la peine de mort au Niger

LIBERTE DE LA PRESSE Un rassemblement pour soutenir Thomas Dandois, Pierre Creisson et leur chauffeur, a eu lieu ce dimanche à 17h au Trocadéro...

C. Ch.

— 

People demonstrate 13 January in Paris during a protest called by the French Journalists rights group 'Reporters sans Frontieres' (Reporters without Borders - RSF) for the liberation of the two journalists, working for the Franco-German TV station Arte, Thomas Dandois and cameraman Pierre Creisson. The two men were arrested 17 December 2007 in Niger and accused of "intelligence with armed groups," after allegedly ignoring a ban on journalists visiting the restive north of the country to interview leaders of the Movement of Niger People for Justice (MNJ).
People demonstrate 13 January in Paris during a protest called by the French Journalists rights group 'Reporters sans Frontieres' (Reporters without Borders - RSF) for the liberation of the two journalists, working for the Franco-German TV station Arte, Thomas Dandois and cameraman Pierre Creisson. The two men were arrested 17 December 2007 in Niger and accused of "intelligence with armed groups," after allegedly ignoring a ban on journalists visiting the restive north of the country to interview leaders of the Movement of Niger People for Justice (MNJ). — AFP PHOTO PATRICK HERTZOG
Ils risquent la peine de mort au Niger. Le comité de soutien des journalistes Pierre Creisson et Thomas Dandois, détenus au Niger, appellait à un rassemblement de soutien ce dimanche à 17 heures sur l'esplanade du Trocadéro, à Paris (16e).

Selon des témoins interrogés par 20minutes.fr, près de 300 personnes étaient réunies ce dimanche après-midi, sur l'espalnade du Trocadéro. Parmi elles, de nombreux journalistes et des personnalités du monde médiatique, dont Robert Ménard, de Reporters sans Frontières, Florence Aubenas, PPDA, Noël Mamère ou encore Karl Zéro.

«Liberté», en blanc sur fond noir

Le mot d'ordre de ce rassemblement etait strict: «Pas de banderoles, pas de dénonciation publique, pas de manifestation d'agressivité à l'égard du gouvernement nigérien», précisait le comité de soutien des deux reporters et de leur chauffeur. C'est donc muni de simples pancartes, les photos des deux journalistes surmontées du mot «Liberté», en blanc sur fond noir, que les personnes présentes ont manifesté.

Thomas Dandois et Pierre Creisson, journaliste et cameraman de l'agence Camicas Productions, en reportage au Niger pour Arte, ont été arrêtés le 17 décembre en compagnie de leur chauffeur, Al Hassane.

Accusés d'atteinte à la sûreté de l'Etat, ils risquent la peine de mort, «pour avoir tenté de réaliser un reportage sur la rébellion touareg dans le nord du pays».