Il y a aura bien une grève à l'hôpital le 17 janvier

SANTE Pour les soins non urgents...

Avec agence

— 

Un Autrichien de 59 ans, qui s'était inventé des maladies et blessures pour pouvoir vivre dans des hôpitaux et cliniques aux frais de la collectivité pendant deux ans, a été arrêté en Styrie (centre), a annoncé mardi la police.
Un Autrichien de 59 ans, qui s'était inventé des maladies et blessures pour pouvoir vivre dans des hôpitaux et cliniques aux frais de la collectivité pendant deux ans, a été arrêté en Styrie (centre), a annoncé mardi la police. — Jean-Christophe Verhaegen AFP/Archives

C'est confirmé, les urgentistes et anesthésistes hospitaliers observeront une grève des soins non urgents jeudi 17 janvier, à l'appel de quatre syndicats (Amuf, Samu de France, SNphar, Smarnu) pour obtenir le paiement d'heures supplémentaires accumulées.

Le mouvement, qui a débuté à Noël sous une forme symbolique, «sera durci le 17 (...) aux urgences. Les accidentés seront pris en charge, ceux qui viennent avec un problème chronique seront dirigés vers une consultation de médecine de ville», a déclaré ce vendredi le président de l'Amuf (urgentistes), Patrick Pelloux.

«On continue mordicus», a ajouté Patrick Pelloux, précisant que les syndicats «se rendront à l'invitation de la ministre de la Santé» Roselyne Bachelot à une réunion avec son directeur de cabinet lundi 14 janvier.

Et aussi Les agents hospitaliers sont aussi appelés à faire grève le 24 janvier, comme l'ensemble de la fonction publique sur des revendications de pouvoir d'achat et d'emploi.