Cécilia ne veut pas lire de mal de Nicolas

S. C. - ©2008 20 minutes

— 

C'est Nicolas qu'on imagine en colère, c'est pourtant Cécilia qui porte l'affaire devant la justice. L'ex-première dame de France a demandé hier en référé l'interdiction d'un ouvrage, sobrement intitulé Cécilia (éd. Flam­marion). La décision sera rendue aujourd'hui par le tribunal de grande instance de Paris.

Le livre, oeuvre de la journaliste du Point Anna Bitton, est, selon l'AFP, « un portrait intimiste » et « plein d'empathie » de l'ancienne épouse du Président. L'auteur a même dédié son ouvrage à son héroïne. Jusque-là, rien de très dérangeant pour l'ancienne épouse du chef de l'Etat. D'autres éléments du livre lui semblent en revanche plus gênants : ceux qui brossent, témoignages de Cécilia à l'appui, un portrait très déplaisant de Nicolas Sarkozy. Sur le plan personnel, il n'est rien moins qu'« un homme qui n'aime personne, même pas ses enfants », a lâché Cécilia Ciganer-Albeniz à sa confidente. Le personnage public, lui, « a un côté ridicule. Il n'est pas digne. Nicolas, il ne fait pas président de la République, il a un réel problème de comportement. » Ces extraits ont été dévoilés par Le Nouvel Observateur et Le Point, qui ­publient les bonnes feuilles de l'ouvrage.

Aujourd'hui, Cécilia nie avoir tenu ses propos. « Je suis très étonnée. Le livre se nourrit d'une longue relation entretenue depuis des années dans le cadre de mon travail », a réagi Anna Bitton.