Roissy: 1.600m2 réquisitionnés face à l'afflux d'étrangers non admis

IMMIGRATION Depuis la mi-décembre, environ ­80 personnes s'entassaient dans les zones de maintien de l'aéroport...

Avec agence

— 

Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement, évalue à "entre 200.000 et 400.000" le nombre d'étrangers clandestins en France, précisant que les immigrés en situation irrégulière ont vocation a être reconduits dans leur pays d'origine.
Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement, évalue à "entre 200.000 et 400.000" le nombre d'étrangers clandestins en France, précisant que les immigrés en situation irrégulière ont vocation a être reconduits dans leur pays d'origine. — Joël Saget AFP/Archives

Comme annoncé dans «20 Minutes» mardi, la préfecture de Seine-Saint-Denis a réquisitionné à Roissy 1.600 m2 de locaux appartenant à Aéroport de Paris (ADP) pour procéder à une extension de la zone d'attente où sont retenus les étrangers non admis sur le territoire, a-t-on appris mercredi auprès du sous-préfet de Roissy.

Kits de toilettage

Pour répondre à l'afflux massif et soudain de Somaliens et de Tchétchènes dans la Zone d'attente des personnes en instance (Zapi), la préfecture avait déjà réquisitionné fin décembre une salle d'embarquement de près de 200 m2, sans lit, sans douche et sans téléphone, où sont actuellement retenues environ 80 personnes.

Cette salle va être libérée par la préfecture et ses occupants vont être amenés «mercredi ou jeudi» dans un nouveau local équipé de lits et de téléphones, qui se trouve dans la zone sous-douane de l'aéroport, a expliqué le sous-préfet de Roissy, Patrick Espagnol.

«C'est une grande zone de vie et de repos où l'on a installé 200 lits. Les étrangers non admis auront le droit à des kits de toilettage et de couchage et à des plateaux repas. Il y aura un système de navette entre cette extension et la Zapi pour les associations d'aide aux étrangers», a précisé Patrick Espagnol.

Conditions «lamentables» de rétention

Vendredi, le sénateur Jean Desessard (Verts) avait interpellé la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, sur les conditions «lamentables» de rétention d'étrangers dans la zone d'attente provisoire réquisitionnée fin décembre.