Les personnes âgées exonérées de redevance télé en 2008

SOCIETE Nicolas Sarkozy a demandé la prolongation de leur exonération…

Sa. C. avec agence

— 

Une augmentation de deux euros de la redevance TV, actuellement à 116 euros, a été votée mercredi en commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances pour 2008, a-t-on appris de source parlementaire.
Une augmentation de deux euros de la redevance TV, actuellement à 116 euros, a été votée mercredi en commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances pour 2008, a-t-on appris de source parlementaire. — Mychèle Daniau AFP/Archives
Nicolas Sarkozy a demandé mercredi au gouvernement de proposer au Parlement de maintenir en 2008 l'exonération de la redevance audiovisuelle pour tous les Français âgés de plus de 65 ans disposant d'un revenu modeste, a rapporté le porte-parole de l'Elysée.

Abrogration temporaire

«Afin de répondre aux inquiétudes manifestées ces dernières semaines, le président de la République a demandé au gouvernement de proposer au Parlement de maintenir en 2008 l'exonération de redevance audiovisuelle dont bénéficient certains contribuables de plus de 65 ans», a annoncé David Martinon, dans un communiqué.

«Une évaluation de la situation de ces contribuables sera conduite avant la préparation du prochain projet de loi de finances», a ajouté le porte-parole de la présidence de la République.

Quelques heures auparavant seulement, le Sénat avait pourtant voté la fin partielle de l'exonération pour cette catégorie, également approuvée par l'Assemblée nationale le 6 décembre. Il s'agissait de faire payer 50% de la redevance télé (116 euros ) aux 780.000 foyers modestes qui bénéficient actuellement d'une exonération totale. Et ce dès le 1er janvier 2008 en raison de sa fusion avec la taxe d'habitation.

Désamorcer un problème épineux avant les municipales

L'abrogration temporaire de cette mesure permet aux députés UMP de désamorcer avant les municipales un problème épineux à l'occasion d'un texte pouvoir d'achat aux effets encore incertains. Pour que la «proposition» du chef de l'Etat entre en vigueur au 1er janvier, elle doit être votée dans les heures qui viennent à l'Assemblée dans le cadre du projet de loi pouvoir d'achat, qui se perdait encore mercredi en fin d'après-midi dans les méandres de la discussion générale.

L'exécutif fait d'une pierre plusieurs coups: il tente de désamorcer, sous la forme d'un «cadeau» aux plus modestes avant Noël, une mesure qui aurait pu faire perdre des voix à l'UMP aux prochaines municipales de mars. Le chef de l'Etat rassemble aussi sa majorité UMP, profondément divisée sur la question, à tel point qu'elle avait trouvé une solution mi-figue, mi-raisin. Enfin, l'annonce détourne pendant quelque temps l'attention des questions de fond que commencent à poser ses mesures pour le pouvoir d'achat, notamment la complexité du rachat des RTT («mes skis se croisent», a ironisé la présidente du Medef Laurence Parisot).

Couper l'herbe sous le pied de l'opposition

Elle permet aussi de couper un peu l'herbe sous le pied de l'opposition, qui a failli obtenir mardi soir le rejet du texte pouvoir d'achat en profitant de l'absence de députés UMP. Le PS demandait en effet aussi le rétablissement de l'exonération des 116 euros de redevance pour les personnes âgées modestes.