Accident du TGV: «Supprimer un passage à niveau coûte 5 millions d'euros »

SECURITE Interview de Philippe Feltz, directeur du programme passage à niveau chez Réseau Ferré de France (RFF)...

Propos recueillis par Alexandre Sulzer

— 

Un TGV Paris-Genève a percuté mercredi matin un poids lourd en convoi exceptionnel sur un passage à niveau, à Tossiat (Ain), tuant son chauffeur et faisant dans la rame 35 blessés légers, dont le conducteur du train.
Un TGV Paris-Genève a percuté mercredi matin un poids lourd en convoi exceptionnel sur un passage à niveau, à Tossiat (Ain), tuant son chauffeur et faisant dans la rame 35 blessés légers, dont le conducteur du train. — Philippe Merle AFP
Avec l’accident de TGV dans l’Ain qui a fait un mort et 35 blessés ce mercredi, se repose la question de la sécurité aux passages à niveau. Interview de Philippe Feltz, directeur du programme passage à niveau chez Réseau Ferré de France (RFF).
 
L'accident de TGV qui a fait un mort et 35 blessés mercredi s'est produit au niveau d'un passage à niveau. Les autorités ne souhaitent-elles pas voir disparaître ce type d'intersection entre une route et une voie ferrée?

 
Ce n'est pas imaginable à court et moyen terme. Il faut en effet compter de cinq à dix ans et une moyenne de 5 millions d'euros pour supprimer un passage à niveau. Il est alors remplacé par un pont ou un passage souterrain. RFF en supprime une centaine chaque année. Mais il en reste encore 19.000, dont 4.000 sans barrières de sécurité.
Une autre option est de les améliorer en installant par exemple des feux sur potence au milieu de la route pour alerter les automobilistes. Ou poser un séparateur de sens afin que les voitures ne puissent pas passer en chicane.
Mais la meilleure chose à faire reste le respect du code de la route. Trop de gens passent lorsque le feu clignote, pensant qu'ils ont le temps. La SNCF organise donc des séances de prévention en milieu scolaire. RFF généralisera également l'année prochaine des actions de proximité en distribuant des tracts aux automobilistes.
 
360 passages à niveau sont considérés comme «préoccupants», dont celui impliqué dans l'accident de mercredi. Qu'est-ce que cela signifie?
 
Ils sont considérés comme préoccupants au regard de certains critères définis par l'Etat et la SNCF. Par exemple s'ils ont été le lieu de plus de trois accidents en dix ans, s'ils sont sur un passage très utilisé par les trains ou si la topographie augmente les risques de collision. Mais ils ne sont pas dangereux si le code de la route est respecté.
 
Quels sont les passages à niveau les plus dangereux?
 
La grande majorité des accidents ont lieu au niveau de ceux munis de barrières. L'explication est simple: les passages à niveau non protégés se situent généralement sur des routes peu fréquentées ou sur des voies ferrées sur lesquelles passent peu de trains (parfois un seul convoi par jour). Une collision y est donc moins probable.