Prison pour la stagiaire chinoise de Valeo

- ©2007 20 minutes

— 

L'étudiante chinoise Li Li, soupçonnée d'espionnage industriel requalifié en « abus de confiance » au détriment de l'équipementier Valeo, a été condamnée hier à Versailles (78) à un an de prison, dont deux mois ferme. « Je suis très déçue par ce jugement », a-t-elle confié, très émue à la sortie de l'audience. « Après tout ce que j'ai subi depuis deux ans, j'attendais une relaxe. »

Cette peine, conforme aux réquisitions, couvre la période de détention préventive effectuée par la jeune Chinoise en 2005, soit cinquante-trois jours. Elle ne retournera donc pas en prison. « Par ce jugement, le tribunal a estimé que les faits reprochés à Li Li allaient au-delà de la simple faute professionnelle, mais que tous les reproches en matière d'espionnage industriel étaient balayés », a estimé Me Raphaël Pacouret, conseil de Li Li.

L'étudiante, aujourd'hui âgée de 24 ans, fraîchement diplômée de l'université de technologie de Compiègne (UTC), avait été mise en examen pour « abus de confiance » et « accès frauduleux à un système informatique » à la suite d'une plainte pour vol de données informatiques déposée le 26 avril 2005 par Valeo, où elle effectuait un stage.