« Les Français estiment que la corruption est forte »

Recueilli par B. B. - ©2007 20 minutes

— 

Daniel Lebègue

Président de Transparence International (TI) France.

TI a publié hier son baromètre mondial de la corruption 2007. La France y est mal classée...

Elle se situe au 19e rang sur 60, un résultat médiocre. Les Français ont la perception d'une corruption forte, surtout politique. Pourtant, au quotidien, elle est très faible. L'accès aux services publics (santé, police, impôts...) se fait dans des conditions intègres.

Comment expliquer alors ce sentiment de corruption ?

Il y a toujours l'ombre portée des grandes affaires politico-financières des années 1990, comme l'affaire Elf ou la vente des frégates de Taïwan. Plus récemment, l'affaire Clearstream ou la mise en examen de Jacques Chirac renforcent cette idée.

C'est pourquoi TI interpelle les candidats aux municipales ?

En 2007, on a interpellé les candidats à la présidentielle. En 2008, on continue avec six propositions aux têtes de liste dans les grandes villes. Deux engagements sont forts, comme la démission immédiate de tout élu condamné pour corruption et son retrait de la vie politique, et la publication du patrimoine des élus ainsi que des avantages en nature liés à leur fonction.