«Ce plan n’aura aucune incidence pour les riverains les plus proches»

INTERVIEW Pierre Feuillastre, vice-Président de l'association de défense contre les nuisances aériennes autour de Roissy...

Propos recueillis par Mickaël Bosredon

— 

L'Airbus A380 a quitté l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle dimanche à 18H20, après une série de tests concluants, a-t-on appris auprès d'Aéroports de Paris (ADP).
L'Airbus A380 a quitté l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle dimanche à 18H20, après une série de tests concluants, a-t-on appris auprès d'Aéroports de Paris (ADP). — Martin Bureau AFP
Interview de Pierre Feuillastre, vice-Président de l'Advocnar, association de défense contre les nuisances aériennes autour de Roissy...

Que vous inspirent les mesures présentées par la ministre?


« Cela va dans le bon sens, mais ce n'est qu'une première étape. La mesure sur le relèvement de 300 mètres de l’altitude des avions permettra d'alléger très légèrement le bruit pour les personnes vivant entre 10 et 30 kilomètres des aéroports, et n'aura aucune incidence pour les riverains les plus proches. Quant à la taxe pour les transports de nuit, on est encore dans des mesures sur le court terme. »

Ces taxes permettront d'améliorer l'insonorisation des habitations des riverains, c'est une bonne chose?

Cela entérine encore le fait que les riverains sont condamnés à vivre dans des bunkers. On peut insonoriser sa maison autant que l'on veut, l'été vous ne pourrez pas davantage ouvrir vos fenêtres, ni profiter de votre jardin. Et quid de la pollution atmosphérique? La pollution de Roissy représente une fois et demi celle du périphérique parisien, elle laisse des traces blanches sur les pelouses des habitants... Il n'y a pas que les nuisances sonores !

Que préconise votre association alors?

Il y a plusieurs pistes à mener. D'abord, limiter le nombre de mouvements d'avions à Roissy. En 1997, année de la création du hub (plateforme d'échange) de Roissy, il y avait 395 000 mouvements aériens par an. Aujourd'hui il y en a 540 000. Et on parle de 700 000, voire 800 000 ces prochaines années ! Cela voudrait dire que certains riverains pourraient avoir jusqu'à un survol d'avions toutes les 30 secondes ! Pour stopper cette croissance, il faut améliorer l'emport dans les avions. Il est actuellement de 105 personnes par avion à Roissy, il faudrait le faire revenir au niveau de 1997, soit 140 personnes. Autre piste : privilégier le TGV. Nous avons effectué un comparatif entre l'avion et le TGV sur un voyage Londres-Paris. De Big Ben au Champ-de-Mars, le TGV permet de gagner plus d'une heure. Je ne comprends pas que l'on prenne encore l'avion pour aller à Londres.

L'autre problème pour les riverains de Roissy, ce sont les vols de nuit?

Oui, nous subissons 160 vols par nuit, contre 16 à l'aéroport d'Heatrow à londres, le principal concurrent de Roissy. Et ce n'est que du fret. Pourtant, il existe un aéroport, Vatry, opérationnel, mieux situé, qui pourrait accueillir ces gros porteurs. Qu'attend-on pour effectuer ce transfert?