Régimes spéciaux: les syndicats partagés

Sa. C. avec AFP

— 

AFPTV

La deuxième séance de négociations à la SNCF doit s’attaquer, mardi, au fond des désaccords concernant la réforme des régimes spéciaux de retraite. Pourtant, à la mi-journée, les discussions n’étaient pas encore entrées dans le vif du sujet, à savoir le «niveau des pensions» et les «compléments de retraite».

Création d’un 10è échelon


«Nous n'avons pas encore abordé les points à l'ordre du jour de cette réunion et nous sommes revenus sur les propositions de la précédente, à savoir la création d'un 10è échelon» dans la grille salariale, a déclaré Eric Falempin (FO) lors d'une suspension de séance. «Toutefois cette proposition ne nous satisfait pas car elle n'entrerait en vigueur qu'au 1er janvier 2009 et les retraités n'en bénéficieraient pas», a-t-il ajouté.

Le représentant de FO a également indiqué «attendre de connaître la position des représentants du ministère sur les sujets du jour, la décote et l'indexation» des pensions. «Une non intervention de leur part sur ces deux points importants serait considérée comme une provocation vis-à-vis des cheminots», a prévenu Eric Falempin.

La négociation «avance doucement»

Pour le responsable de la Fgaac (conducteurs autonomes), Bruno Duchemin, cette négociation «avance doucement». «C'est un travail de fourmi et les choses se passent normalement, même si le gouvernement est muet jusqu'à présent, il faut aller au terme de ces discussions pour savoir s'il y a lieu de se remobiliser», a-t-il ajouté.

La CGT (majoritaire) a noté «quelques annonces» de la direction, comme la création d'un «10e échelon» qui devait dans un premier temps permettre une revalorisation salariale de 2,5% et qui est portée aujourd'hui à 3%, selon Laurent Russeil.

«Il y a aussi des mesures de déplafonnement de la grille avec un complément qui se monterait à 5%» d'augmentation, a-t-il ajouté, regrettant toutefois l'absence «de modalités d'application et de dates». Enfin, la CFDT a salué des «réponses concrètes pour les mesures salariales». Son secrétaire général, Arnaud Morvan, a souligné que «cela se passe mieux» que lors de la précédente réunion, ce qui «satisfait» la CFDT.

Cette nouvelle journée de négociation, cruciale, est étroitement surveillée par les syndicats, dont six sur huit ont appelé à des rassemblements. Par ailleurs, les syndicats ont prévu de se réunir en «interfédérale», jeudi, pour «faire un point d'étape» sur ces négociations.