Le sexagénéraire libéré sous controle judiciaire

JUSTICE L'auteur présumé de cinq meurtres dans l'Est de la France a un bracelet électronique...

avec AFP

— 

La police française a arrêté mardi à Mulhouse un homme de 68 ans, soupçonné d'être l'auteur de 18 meurtres commis en France entre 1980 et 2002 et dont les victimes sont en majorité des homosexuels, ce qui ferait de lui l'un des principaux tueurs en série du pays.
La police française a arrêté mardi à Mulhouse un homme de 68 ans, soupçonné d'être l'auteur de 18 meurtres commis en France entre 1980 et 2002 et dont les victimes sont en majorité des homosexuels, ce qui ferait de lui l'un des principaux tueurs en série du pays. — Federick Florin AFP

L'homme sexagénaire arrêté mardi à Mulhouse a été mis en examen jeudi à Montbéliard (Doubs) pour cinq meurtres commis dans l'Est de la France dans les années 1980 et 1990. Mais c'est libre sous contrôle judiciaire avec un bracelet électronique, qu'il est ressorti, jeudi en fin d'après-midi, du Palais de justice de Montbéliard.

Quatre meurtres commis en Alsace, un en Franche-Comté

Le sexagénaire, un ancien artiste transformiste et travesti, qui s'est produit dans des cabarets en Alsace et en Allemagne, a finalement été mis en examen pour cinq meurtres, quatre commis en Alsace et un en Franche-Comté.

Un complice présumé entendu mais pas inculpé

Un complice présumé, un Tunisien âgé de 43 ans condamné en 1999 à 20 ans de réclusion pour le meurtre d'un agent d'assurances homosexuel à Riedisheim (Haut-Rhin) et qui purge sa peine en région parisienne, a également été entendu dans ce cadre au commissariat de Montbéliard mercredi. Il n'a pas été transféré au palais de justice de Montbéliard, mais aucune information n'a été communiquée quant à son sort.

Plusieurs dénominateurs communs entre les meurtres

L'arrestation de Nicolas Panard est l'aboutissement d'une enquête d'un policier de Montbéliard, déclenchée après la mort de Didier Sol, un jeune handicapé léger tué à Sochaux en 1991. Le policier avait établi des liens entre 18 meurtres commis entre 1980 et 2002, principalement contre des homosexuels.

Nicolas Panard avait été entendu comme témoin dans plusieurs de ces meurtres. Le policier a constaté qu'ils avaient plusieurs dénominateurs communs: les victimes, en majorité des homosexuels, ont été tuées d'un coup violent à la tête, suivi d'une multitude de coups de couteau, leur visage étant ensuite recouvert mais le corps partiellement déshabillé. Plusieurs de ces meurtres avaient été classés sans suite, faute d'éléments.