Gautier-Sauvagnac remis en liberté après sa garde à vue

— 

Les policiers enquêtant sur les retraits suspects effectués par le président de l'Union de la métallurgie (UIMM), Denis Gautier-Sauvagnac, ont saisi vendredi environ 2 millions d'euros dans un coffre loué par l'UIMM, sur les indications de cette dernière, a annoncé l'UIMM.
Les policiers enquêtant sur les retraits suspects effectués par le président de l'Union de la métallurgie (UIMM), Denis Gautier-Sauvagnac, ont saisi vendredi environ 2 millions d'euros dans un coffre loué par l'UIMM, sur les indications de cette dernière, a annoncé l'UIMM. — Mehdi Fedouach AFP/Archives

Denis Gautier-Sauvagnac, président démissionnaire de l'UIMM (patronat de la métallurgie), a été remis en liberté jeudi peu avant 13h30, après 48 heures de garde à vue dans les locaux de la brigade financière de Paris, a annoncé sur place son avocat qui attendait sa sortie.

Convoqué mardi après-midi à la brigade financière de Paris, il était entendu dans le cadre de l'enquête sur des retraits en liquide suspects des caisses de l'UIMM. «Nous verrons la suite de la procédure», a simplement déclaré son avocat, Me Jean-Yves Leborgne.

Chefs d'accusation pas arrêtés

La chef comptable de l'UIMM, Dominique Renaud, également entendue pendant 48 heures par les policiers, est aussi repartie libre des locaux de la brigade financière, a-t-on appris de source judiciaire.

Le parquet de Paris va maintenant se faire communiquer le contenu des deux auditions et reprendre l'ensemble de la procédure avant d'ouvrir très prochainement une information judiciaire et transmettre le dossier à un juge d'instruction, selon l'AFP qui cite une source judiciaire. Le choix de la qualification pénale des poursuites n'est pour l'instant pas totalement arrêté, a-t-on ajouté de même source en précisant que les chefs d'abus de confiance et de recel seront vraisemblablement retenus.