Sarkozy se prend-il pour un procureur?

POLITIQUE Le président annonce l'ouverture d'une information judiciaire et souhaite que...

A.Sulzer

— 

Le président Nicolas Sarkozy a affirmé mercredi à Eaubonne (Val-d'Oise) que ceux qui ont "pris la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d'assises", dans une déclaration à la presse retransmise par France Inter.
Le président Nicolas Sarkozy a affirmé mercredi à Eaubonne (Val-d'Oise) que ceux qui ont "pris la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d'assises", dans une déclaration à la presse retransmise par France Inter. — Thomas Coex AFP

Nicolas Sarkozy a repris la main sur le dossier des violences urbaines. Quitte à mélanger le pouvoir exécutif avec le judiciaire.
 
C'est en effet le président de la République qui a annoncé aux familles des deux adolescents tués à Villiers-le-Bel l'ouverture d'une information judiciaire pour élucider les circonstances de leur mort. Une information confirmée un peu plus tard par la procureure de Pontoise.
 
Interrogée sur cette ouverture par David Pujadas au journal télévisé de France 2 mardi soir, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait pourtant affirmé que «c'est à la justice de le décider». «C'est important que la vérité soit faite et c'est à la justice de le faire», avait-elle poursuivi.
 
Le chef d'Etat a également affirmé mercredi que «ceux qui ont pris la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d'assises». Des propos critiqués par le secrétaire national du PS à la Justice, André Vallini, pour qui Nicolas Sarkozy «empiète sur le pouvoir judiciaire». «C'est à la justice de dire si les faits incriminés relèvent de la cour d'assises ou non. Si les faits sont qualifiés de criminels par un juge, les tireurs seront passibles de la cour d'assises. Ce n'est pas au président de la République de le dire par avance».
 
A venir la réaction de David Martinon, porte-parole de l'Elysée…