De retour de Chine, Sarkozy réunit les ministres concernés

S. C. - ©2007 20 minutes

— 

Le président de la République se montrera-t-il ferme, apaisant, offensif ? Les premières déclarations de celui qui voulait nettoyer les quartiers au « Kärcher » pour les débarrasser des « racailles » sont très attendues. Nicolas Sarkozy, qui était en novembre 2005 un ministre de l'Intérieur montré du doigt par les émeutiers, est rentré hier soir de Chine.

Il rencontre ce matin à 7 h 30, à l'hôpital d'Eaubonne (Val-d'Oise), le commissaire grièvement blessé lors de la première nuit de violences. A 9 h 45, le chef de l'Etat réunit le Premier ministre, François Fillon, Michèle Alliot-Marie (Intérieur), Rachida Dati (Justice) et Fadela Amara (Ville) pour faire le point sur les violences.

François Fillon a peut-être donné le ton des futures déclarations du Pré­sident, avec ses propos tenus hier midi à la mairie de Villiers-le-Bel : « Rien ne justifie les violences qui ont eu lieu, a asséné le Premier ministre. Elles sont inacceptables, elles sont intolérables. Les habitants de Villiers-le-Bel ont droit à la paix, à la sécurité (...) ceux qui tirent sur les policiers sont des criminels. Ils seront poursuivis comme tels. »