La lycéenne soupçonnée d'avoir tué son bébé admise à la prison pour mineurs

FAIT DIVERS La jeune fille a reconnu avoir étouffé son nourrisson...

— 

La lycéenne de 17 ans soupçonnée d'infanticide à Cahors (Lot) et mise en examen samedi soir pour meurtre aggravé, a été admise à l'établissement pour mineurs (EPM) de Lavaur dans le Tarn, a-t-on appris dimanche de source proche du dossier et de son avocat.

La jeune fille, élève en BEP sanitaire et social au lycée Clément-Marot de Cahors et considérée comme un "excellent élément", a reconnu avoir étouffé le nourrisson. Elle était en garde à vue depuis jeudi soir à la gendarmerie de Souillac (Lot).

La lycéenne, diplômée major de sa promotion des sapeurs-pompiers volontaires de Souillac, aurait "accouché dans le garage de la maison familiale et aurait déposé le nouveau-né dans un sac plastique".
Les faits, commis alors que la mère de l'adolescente était présente dans la maison mais n'aurait rien entendu, remonteraient à une quinzaine de jours, a-t-on précisé de même source.

La jeune fille, aînée d'une grande fratrie recomposée et qui avait la volonté de devenir infirmière, se trouvait en mal d'affection et aurait caché sa grossesse à ses proches.

"C'est un sentiment d'impasse absolue et d'un immense désarroi", a déclaré son avocat Me Laurent Belou, bâtonnier du barreau de Cahors, qui s'est déclaré "bouleversé". Selon le défenseur, il existe "une surprenante différence entre le personnage, ses difficultés et la réalité des faits", a poursuivi Me Belou.

Le nourrisson, de sexe masculin, a été autopsié. Le père de l'enfant, âgé de 18 ans, aurait quitté la région lotoise. La lycéenne risque la réclusion criminelle à perpétuité si l'excuse de minorité n'est pas retenue.