La caution pour les étudiants supprimée d'ici à la fin de l'année?

LOGEMENT C'est ce qu'espère Valérie Pécresse...

— 

Dans une tribune au quotidien Libération, intitulée "Aux étudiants, je veux dire", Valérie Pécresse affirme qu'elle "compte sur" eux "pour changer le visage de l'université", assurant qu'elle ne voulait pas "s'arrêter avant" d'avoir fait de sa réforme "une réalité".
Dans une tribune au quotidien Libération, intitulée "Aux étudiants, je veux dire", Valérie Pécresse affirme qu'elle "compte sur" eux "pour changer le visage de l'université", assurant qu'elle ne voulait pas "s'arrêter avant" d'avoir fait de sa réforme "une réalité". — Miguel Medina AFP
Enfin un sujet consensuel pour la ministre de l'Enseignement supérieur. Valérie Pécresse a déclaré vendredi qu'elle espérait pouvoir annoncer «d'ici à la fin de l'année» la suppression de la caution demandée aux étudiants pour leur logement.

Christine Boutin, la ministre du Logement, «travaille sur la mise en place de la garantie des risques locatifs», a-t-elle détaillé sur RMC Info, en ajoutant que cette garantie «sera étendue aux étudiants».

La première année à l'université «fondamentale»

La ministre de l'Enseignement supérieur, qui fait face depuis trois semaines à une fronde étudiante, a par ailleurs à nouveau plaidé pour que la première année à l'université soit «une année fondamentale où on apprend des langues, de la méthode et le métier d'étudiant». Car, a-t-elle estimé, il y a des «codes étudiant», citant l'«autonomie», «comprendre comment fonctionne l'université», «aller chercher des documents», etc.

Le logement étudiant et la lutte contre l'échec en première année sont les deux chantiers sur lesquels Valérie Pécresse s'est dite «prête à avancer» si les étudiants manifestaient des «gestes d'apaisement» dans les universités. Jeudi soir,
46 sites universitaires, sur 85 universités, étaient perturbés à des degrés divers et plusieurs milliers d'étudiants et lycéens ont manifesté dans toute la France. Vendredi matin, la police a évacué «dans le calme et sans résistance» les jeunes qui bloquaient un bâtiment de Rennes 2 depuis lundi.