La face cachée de Facebook

David Carzon

— 

Des dizaines de milliers de nouveaux utilisateurs français s'y enregistrent chaque semaine. Ce chiffre illustre l'engouement pour Facebook, et plus largement pour les réseaux sociaux sur Internet, qui permet de réunir sur une même page Web tous ses amis et connaissance. Pourquoi un tel succès ? Parce que Facebook rassemble en une seule plate-forme simple d'utilisation plusieurs outils de communication, une sorte de carrefour entre MySpace, Copains d'avant, Twitter ou encore Meetic.

Microsoft vient d'y investir 240 millions de dollars, et on se dirige tout droit vers une success story à la Google. Sauf que Facebook porte en lui une révolution dans les comportements sociaux sur Internet. « En rassemblant les outils, Facebook rassemble aussi les identités numériques personnelles, professionnelle ou autres de l'internaute, sans possibilité de les cloisonner, explique Guilhem Fouetillou, cofondateur de la société RTGI (Réseaux territoires et géographie de l'information). Dès que vous faites quelque chose sur Facebook, tout votre réseau est alerté aussitôt. Il n'y a plus besoin de médiatiser ses actions. Aujourd'hui, faire, c'est dire. Le problème, c'est qu'on ne décide plus de ce qu'on dit, ni à qui. » Facebook a d'ailleurs construit son succès sur cet aspect un peu voyeur : savoir qui sont les amis de ses amis.

L'autre révolution est d'ordre publicitaire puisqu'il sera possible d'utiliser les données personnelles pour cibler les pubs, un premier contrat venant d'être signé en France. Des pratiques qui posent des questions sur la protection des données de chacun.

chiffres

50 millions
de membres de Facebook dans le monde.
200 millions d'utilisateurs de MySpace.
200.000 nouveaux utilisateurs de Facebook par semaine.
771.580 internautes recensés hier sur le réseau
France de Facebook.
615.000 utilisateurs français ont moins de 30 ans.
50% des membres de Facebook se connectent chaque jour.