Valérie Pécresse sèche le salon de l’Education

UNIVERSITES La ministre de l’Enseignement supérieur ne participera sans doute pas à un débat sur l’autonomie des universités...

C. F.

— 

L'agitation dans les universités a atteint son niveau le plus élevé depuis 15 jours, mercredi, en liaison avec la mobilisation des cheminots, avec 36 sites universitaires perturbés, la ministre Valérie Pécresse annonçant qu'elle recevrait les organisations étudiantes jeudi.
L'agitation dans les universités a atteint son niveau le plus élevé depuis 15 jours, mercredi, en liaison avec la mobilisation des cheminots, avec 36 sites universitaires perturbés, la ministre Valérie Pécresse annonçant qu'elle recevrait les organisations étudiantes jeudi. — Patrick Kovarik AFP

Un sujet trop sensible? Valérie Pécresse devrait décliner l'invitation de la Ligue de l'Enseignement à participer à un débat sur l'autonomie des universités au  salon de l'Education vendredi prochain. «Ce serait la  première fois que l'enseignement supérieur ne serait pas représenté au  Salon», s'est étonné Jean-Marc Roirant, secrétaire général de la Ligue de  l'Enseignement, lundi.

«Occasion apaisée de dialogue»

Alors que la mobilisation étudiante contre la loi Pécresse ne faiblit pas, le débat portera sur la question de «l'autonomie des universités européennes, pour quoi faire?». Il réunira, entre autres, Jean-Pierre Finance, vice-président de la CPU,  Bruno Julliard, président de l'Unef, et Georges Haddad, directeur de la  division de l'enseignement supérieur de l'Unesco.

«Il serait  regrettable, aux yeux des acteurs du secteur éducatif, que le gouvernement  ne soit pas représenté lors de cette occasion apaisée de dialogue et de  médiation. Pour notre part, nous garantissons les conditions d'un dialogue  serein et constructif», indique Jean-Marc Roirant. La Ligue de  l'Enseignement regrette que Valérie Pécresse ne saisisse pas cette  occasion de «rétablir le dialogue dans un cadre professionnel et  dépassionné» et confirme son intention de laisser une chaise vide pour  «signifier cette absence».

«Conseil de compétitivité» à Bruxelles

L'entourage de Valérie Pécresse explique que la ministre ne pourra se rendre à ce débat pour des  questions d'agenda: il est prévu qu'elle soit à Bruxelles vendredi matin  pour un «conseil compétitivité» qui réunit tous les ministres européens de la Recherche. Contacté par «20 Minutes», le ministère n’était pas encore en mesure de dire s'il enverra un autre représentant.