Bébés à vendre: deux couples interpellés

— 

Deux couples de Roumains soupçonnés d'avoir proposé deux nourrissons -deux jumeaux- à la vente pour 5.000 euros chacun à des gens du voyage le 11 novembre dans l'Oise ont été interpellés dans le Nord et devaient être mis en examen samedi, a annoncé le parquet de Beauvais.

Une information judiciaire pour traite des êtres humains, provocation à l'abandon d'un enfant né ou à naître, substitution, simulation ou dissimulation d'enfant ayant entraîné une atteinte à l'état civil, a été ouverte. Les quatre Roumains, dont le placement en détention provisoire a été requis, devaient être présentés à un juge samedi, a précisé le parquet dans un communiqué. Une somme de 10.000 euros par enfant avait, dans un premier temps, été évoquée par une source proche de l'enquête.

Interpellés jeudi à Denain (Nord) dans un camp de nomades, les deux couples, âgés d'une vingtaine d'années, «sont soupçonnés d'avoir proposé à la vente, pour la somme de 5.000 euros chacun, des bébés nés ou à naître, notamment sur la commune de Romescamps (Oise)», a ajouté le communiqué.

Le 11 novembre, ils auraient notamment proposé de vendre deux nouveaux-nés -deux jumeaux, les enfants de l'un des deux couples- emmaillotés à des gens du voyage sur un camp de Romescamps. Ils leur auraient également proposé d'acheter un enfant pas encore né.

«Grâce à la dénonciation immédiate» de cette proposition auprès des gendarmes, ces derniers ont «permis de confondre les protagonistes», a précisé le parquet de Beauvais. Leur interpellation a mobilisé 60 à 70 personnes, a précisé la gendarmerie, qui a souligné que l'enquête s'était orientée avant leur arrestation vers plusieurs régions de France pour les retrouver.

«Les gens du voyage à qui on avait proposé les enfants avaient noté le numéro de plaque d'immatriculation de leur véhicule, mais cette seule information n'aurait pas suffi pour les retrouver», a-t-on ajouté de même source, soulignant que d'autres «éléments techniques» avaient été nécessaires.

En mai, deux couples de Roumains -dont la mère de l'enfant, âgée de 15 ans- avaient été interpellés après avoir proposé à une cliente d'un supermarché d'Angoulême d'acheter une petite fille née en mars. Mis en examen tous les quatre, deux d'entre eux, le père et l'oncle du bébé, ont été écroués.