Qui fait grève le 20 novembre?

SOCIAL Tour d'horizon secteur par secteur...

— 

La grève dans les transports, qui a entraîné de fortes perturbations jeudi, malgré une baisse du taux de grévistes, va se poursuivre vendredi, et jusqu'à samedi à la SNCF, la base rechignant à se contenter d'annonces de négociations tripartites (Etat, syndicats, directions).
La grève dans les transports, qui a entraîné de fortes perturbations jeudi, malgré une baisse du taux de grévistes, va se poursuivre vendredi, et jusqu'à samedi à la SNCF, la base rechignant à se contenter d'annonces de négociations tripartites (Etat, syndicats, directions). — pascal pavani AFP

Alors que la fin de semaine approche, la mobilisation sociale annoncée pour le 20 novembre devient le nouvel horizon vers tous les regards se tournent. Journée-test, elle sera un baromètre de la grogne sociale en France. Mais qui au juste fait grève et manifeste mardi?

Fonction publique : C'est elle qui est à l'origine du mouvement. Les huit organisations (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, UNSA, FSU, Solidaires) appellent à la grève et à des manifestations à 14h (place d'Italie à Invalides) contre les réductions d'effectifs et pour les salaires.

Education: Les cinq fédérations de l'Education - FAEN, FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA-Education - se joignent à la grève. Le SNUipp, principal syndicat dans l'enseignement du premier degré, table aussi sur une forte mobilisation et évoque 65% de grévistes dans les écoles maternelles et primaires. Les syndicats étudiants et lycéens s'apprêtent également à rejoindre le mouvement des fonctionnaires.

Aéroports: Le trafic aérien devrait être perturbé dans les aéroports. «La CGT appelle à arrêter le travail. Il y aura des grévistes mais il est très difficile de savoir combien», a expliqué lundi à l'AFP Jean-Paul Armangau, contrôleur aérien délégué de la CGT. La DGAC a réaffirmé lundi que des perturbations étaient «possibles notamment en début de journée».

Défense: la FNTE-CGT appelle à «faire grève massivement».

Hôpitaux
: Appel à la grève de syndicats de médecins (AMUF, urgentistes) notamment et d'autres salariés dont la CGT et FO. Les deux principaux syndicats de médecins des hôpitaux, CPH et INPH, ont apporté leur «plein soutien» au mouvement.


Banque de France : Trois syndicats (CGT, FO et Solidaires) appellent à la grève contre «l'insuffisance des effectifs».

Poste et France Telecom : Cinq fédérations (CGT, CFDT, Sud, FO et CFTC) appellent à la grève, notamment pour l'emploi, le pouvoir d'achat et contre les restructurations.

Météo-France : 5 organisations (SPASMET/Solidaires, SNM/CGT, SNITM/FO, CFDT/Météo, SPAC/CFDT) ont déposé un préavis national de grève contre les diminutions d'effectifs.

Commerce : La fédération des employés du commerce FO appelle les salariés du commerce à se mettre en grève.

Yoplait : La CGT appelle les salariés à des débrayages dans les trois sites de production le Mans, Monéteau et Vienne.

SNCF : FO-cheminots indique que «la jonction» du mouvement de grève à la SNCF contre la réforme des régimes spéciaux avec le mouvement de grève du 20 novembre «est à l'ordre du jour» de «beaucoup d'assemblées générales» sur les sites SNCF.

Recherche: Le collectif «Sauvons la recherche» a appelé à la grève, mardi. Le collectif de chercheurs réclame «l'arrêt immédiat du processus de démantèlement du système national de recherche fondé sur un équilibre, à améliorer encore, entre universités et organismes de recherche».

L'association prône «une répartition complètement modifiée des moyens pour l'enseignement supérieur et la recherche: beaucoup moins à l'Agence nationale de la Recherche (ANR), beaucoup plus aux établissements (universités et organismes de recherche)». Elle demande en outre un «programme d'embauche de 5.000 personnels statutaires par an pendant 5 ans pour l'ensemble du secteur, afin d'abaisser le service d'enseignement des enseignants actifs en recherche à 150 heures par an, et de renforcer l'encadrement pédagogique en premier cycle».

Presse: Le Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT (SGLCE-CGT) a appelé à un arrêt de travail ce lundi. il ne devrait pas y avoir de quotidiens dans les kiosques mardi. Le syndicat proteste notamment contre le projet de réorganisation aux NMPP, a-t-il indiqué dans un communiqué. Plusieurs quotidiens nationaux, dont «Le Monde», «Libération», «Le Figaro», «La Croix» et «Les Echos», ont annoncé que leurs éditions pourraient être consultées gratuitement sur Internet. «20 Minutes» sera distribué.