1.500 euros pour un baiser

JUSTICE La jeune femme ayant laissé des traces de rouges à lèvres sur un tableau...

avec AFP

— 

L'avocate a souligné que la Collection avait reçu des messages de soutien de plusieurs grands musées et salles d'exposition, comme le Museum of Modern Art (Moma) de New York ou la fondation Guggenheim.
L'avocate a souligné que la Collection avait reçu des messages de soutien de plusieurs grands musées et salles d'exposition, comme le Museum of Modern Art (Moma) de New York ou la fondation Guggenheim. — Boris Horvat AFP

Rindy Sam, qui avait laissé une trace de rouge à lèvres sur une toile du peintre américain Cy Twombly exposée à Avignon, a été condamnée vendredi à 1.500 euros de dommages-intérêts et 100 heures de travaux d'intérêt général.

La jeune femme devra aussi verser un euro symbolique de dommages-intérêts au peintre de renommée internationale, ce qu'il avait réclamé. Cy Twombly s'était dit «horrifié» par le baiser laissé en juillet sur la toile par la jeune femme, pour qui il s'agissait d'un «acte d'amour et d'un acte artistique».

Le tableau, d'un blanc immaculé, était alors exposée à la Collection Lambert d'Avignon.

Yvon Lambert, propriétaire de l'oeuvre, recevra 1.000 euros. Il avait réclamé deux millions, somme correspondant à la valeur annoncée du tableau, au titre de son préjudice moral.

La Collection Lambert, qui abritait l'oeuvre, recevra 500 euros. Elle avait demandé 33.440 euros pour les frais de restauration de la toile, un montant contesté par les avocats de la défense. La décision sur ce dernier point a été renvoyée au 28 février 2008 par le tribunal.

Le vice-procureur Yves Micolet avait requis une amende de 4.500 euro
s, assortie d'un stage de citoyenneté à l'encontre de Rindy Sam.