Sur fond de désunion, la grève continue

Bastien Bonnefous - ©2007 20 minutes

— 

Une reconduction qui cache une division ? La grève à la SNCF et à la RATP, qui a provoqué hier de fortes perturbations malgré un nombre de grévistes en baisse, se poursuit aujour­d'hui avec une intensité difficile à déterminer. Hier, les assemblées générales ont reconduit le mouvement, la base refusant de se satisfaire de la possibilité de négociations tripartites Etat-syndicats-patronat concernant la réforme des régimes spéciaux de retraite (lire ci-dessous).

Selon l'Elysée et la direction de la SNCF, moins de 43 % des cheminots ont débrayé hier, contre 61,5 % mercredi. La CGT-Cheminots a avancé des proportions similaires (46 % de grévistes, contre 64 % la veille). Des chiffres contestés par SUD-Rail, notamment en région, mais qui montrent bien un reflux. Les syndicats semblent divisés sur la suite du mouvement. En suggérant mardi soir le principe de négociations tripartites entreprise par entreprise, la CGT a peut-être fait basculer le dossier. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a saisi la balle au bond, donnant dans une lettre un mois aux partenaires sociaux pour trouver une issue. Mais pas question pour le gouvernement de transiger sur le passage de 37 annuités de cotisation à 40. La CFDT est aussi sur une ligne souple : François Chérèque a estimé hier soir que les éléments sont réunis pour « suspendre la grève à la SNCF ».

Dernier rallié, la CFTC, qui a appelé à « ouvrir immédiatement les négociations », comme le Premier ministre, François Fillon. Côté opposants, SUD-Rail juge sans intérêt « la copie » de Bertrand, et appelle les cheminots à « rejeter très massivement ce cinéma ». Hier soir, le cri de la base a été entendu puisque sept syndicats ont enjoint les AG d'aujourd'hui de reconduire la grève de 24 heures, soit jusqu'à samedi. Par ailleurs, six fédérations syndicales ont demandé au ministre du Travail la tenue aujourd'hui d'une réunion « pour fixer le cadre » des négociations. Ou comment négocier avant de négocier...

Sur www.20minutes.fr

Suivez le mouvement heure par heure