Le personnel de Rennes II veut débloquer sa fac

— 

Le personnel de Rennes II est «déterminé» à «se mobiliser» pour rouvrir jeudi matin l'université bloquée depuis le 6 novembre malgré un vote à bulletins secrets contre ce blocage lundi, a annoncé mercredi son président.

Une assemblée générale rassemblant 400 des 1.000 enseignants et employés administratifs de l'université a voté à la quasi unanimité une motion appelant le personnel à «manifester par leur présence leur volonté de rouvrir l'université» jeudi à 08h00, a déclaré Marc Gontard.

Prêt à l'affrontement physique


«Le nombre de personnels présents sera dissuasif face aux 150 étudiants qui bloquent les bâtiments, soit une quinzaine par bâtiment», a-t-il espéré. A la question de savoir s'il était prêt à l'affrontement physique, il a répondu: «si c'est nécessaire, bien sûr» en précisant qu'il n'envisageait pas, «pour l'instant», un recours aux forces de l'ordre.

«Cet affrontement nous est imposé par un noyau dur d'étudiants extrémistes qui refusent de discuter. Le blocage est un déni de démocratie», a ajouté Marc Gontard, rappelant que les étudiants avaient voté lundi, à bulletins secrets, contre le blocage de l'université de Lettres et sciences humaines.

«La survie de cette université est en jeu. Si on laisse faire, on court à la catastrophe», a-t-il ajouté, en appelant les étudiants à inventer d'autres formes de protestation. «Le stéréotype c'est "Rennes II la rouge". Cela ne nous aide pas, surtout dans le contexte actuel.» Le syndicat Sud étudiants de Rennes II, à l'origine du mouvement, a protesté mercredi contre les déclarations faites la veille par Marc Gontard, qui a qualifié les bloqueurs de «Khmers rouges».